Avis Petzl Grigri 2020

8 avis Petzl Grigri.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.

Confort & sécurité, mais à prendre correctement en main.

Avis sélectionné
Profil du testeur : 26 ans | 1,60m | 56kg | Avancé | Grenoble
Acheté : en ligne
Conditions du test : En salle et en falaise (couenne), avec cordes de 9.8mm à 11mm. Moulinette et grimpe en tête.
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés d'Outzer permettant à nos lecteurs de recevoir gratuitement (et de garder) du matériel de la part de meilleures marques afin de réaliser un test terrain détaillé. Cliquez ici pour participer vous aussi
Test Privé - Petzl Grigri

Cela fait maintenant trois ans que je pratique l'escalade, en salle comme en falaise (couennes et grandes voies), et je suis une grande adepte du Reverso, pour sa polyvalence & sa praticité. Cependant, j'étais très curieuse de tester l'assurage au Grigri, qui me paraissait apporter un plus grand confort pour l'assureur comme pour le grimpeur. J'ai aussi déjà assuré avec d'autres systèmes comme le Jul d'Elderid ou le Cinch Trango, avec lequel je comparerais le Grigri dans cet avis matos.

J'ai eu la chance de faire partie de la sélection des tests privés Outzer pour le Grigri Petzl 2020. Je l'ai donc testé - depuis 4 mois - en salle et en extérieur (couenne uniquement) ; avec des cordes en salle assez épaisses et pas toujours en très bon état, ainsi que ma corde Elderid 9.8mm.

Premières impressions : il est beau, j'ai hâte de l'essayer ! Mais il est plus lourd et plus encombrant que mon reverso, sans aucun doute. En comparaison du Cinch, le poids est assez similaire (200g pour le Grigri contre 180g pour le cinch). La différence de taille entre les deux systèmes ne me parait pas énorme non plus, mais je reviendrais sur ce point un peu plus bas.

Le gros avantage du Grigri, c'est que l'on peut utiliser des cordes plus fines (8.5 - 11mm contre 9.4 - 11mm pour le cinch).

Après avoir détaillé le système sous tous les angles, il est l'heure de passer au test pratique ! La mise en place est très simple, toujours avec le principe des pictogrammes, l'installation de la corde est très instinctive. En comparaison, je me souviens m'être posée beaucoup plus de question lors de ma première utilisation du cinch.
Pour le coup, maintenant que je l'ai en main, je le trouve assez gros : je suis un petit gabarit (femme de 1,60m) et j'ai des petites mains, je me sens vite encombrée. Je fais quelques tests en moulinette, tout se passe très bien : c'est fluide, facile de respecter un assurage en 5 temps, et quand un grimpeur bloque sur une voie, ça permet de ne pas trop se crisper. En terme de sécurité, je me sens beaucoup plus en confiance qu'avec le Jul par exemple. Pour la redescente, il n'y a rien à redire non plus, c'est le top : une fois qu'on a compris comment gérer la vitesse, c'est un jeu d'enfant. Mon partenaire de grimpe pesant 30kg de plus que moi, cela me permet de lui assurer une descente plus douce et sans à-coup. Pour la grimpe en moulinette, et pour ma première utilisation d'un Grigri, je suis conquise !

Passons maintenant à l'assurage d'un grimpeur en tête... C'est une autre paire de manche. J'ai mis beaucoup de temps à m'habituer, et encore maintenant, je me sens plus sereine en assurant avec mon reverso. Comme évoqué plus haut, la taille du système me rend un peu maladroite. J'ai du mal à gérer la corde du bas, donner du mou et appuyer sur la plaquette. La plupart du temps, j'arrive à assurer de manière dynamique, en anticipant les clippages de mon grimpeur et dans ces cas là, cela se passe bien. Dans le cas où mon grimpeur veut aller vite et où je n'ai pas le temps de prévoir assez de mou (particulièrement quand les points sont bien espacés en falaise), le système autobloquant me devance et il me faut pas mal de temps pour rassembler mes idées et débloquer le système. J'ai un peu le même problème avec le cinch, mais je trouve quand même la manoeuvre pour donner du mou plus facile. Cela me stresse beaucoup, et je ne retrouve le bonheur d'assurer au Grigri que pour la descente. Toutefois, là où il faut bien reconnaître un avantage au Grigri sur le reverso, c'est que lorsque le grimpeur travaille une voie, c'est plus facile de rester longtemps à assurer.

Je ne l'ai pas testé en longue voie, tout simplement parce que je n'en vois pas de réel intérêt par rapport au reverso.

Pour conclure :
J'ai beaucoup attendu avant de sortir cette revue car je voulais être sûre que mon avis ne serait pas biaisé par le fait que je n'ai pas l'habitude de ce système. Après 4 mois d'utilisation, je peux confirmer ce dont je m'étais vite rendue compte : je préfère le Reverso. Je me sens plus à mon aise et moins stressée. J'ai trouvé la prise en main pour assurer au Grigri en tête difficile et peu instinctive, même si je commence à m'y faire petit à petit. Je reconnais toutefois que pour de l'escalade en moulinette, le Grigri apporte plus de confort et de sécurité. Pour la grimpe en tête, il est plutôt réservé à des grimpeurs expérimentés, ne serait-ce que pour bien dynamiser les chutes.

Pour qui ?

Aux grimpeurs expérimentés, qui savent déjà utiliser un Gri-gri correctement. Aux grimpeurs moins avancés qui grimpent majoritairement en moulinette, pour s'assurer avec une sécurité supplémentaire.
6/10

Points forts

Confort d'assurage pour l'assureur et le grimpeur.
Sécurité accrue.

Points faibles

A prendre en main, particulièrement pour la grimpe en tête.

Tests privés

Recevoir gratuitement du matériel à tester (et garder), ça vous intéresse ? Les Tests Privés sont là pour vous ! Nous vous expliquons tout ici.

commentaires

1 commentaire

Nouille42

inscrit le 25/08/19
merci pour ce test , cela me confirme dans mon achat récent du grigri+
1
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire