Avis Salomon Exo Twinskin 2019

1 avis Salomon Exo Twinskin.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Way to Everest

Efficace, confortable et hors de prix

Avis sélectionné
Profil du testeur : 31 ans | 1,84m | 70kg | Avancé
Acheté : 100€ en ligne
Conditions du test : Sur de longues distances : trails > à 50 km, marathons. Par beaux temps, sous la chaleur, pas temps froids (6°C), jamais par températures négatives.

Points forts

Pas de frottement.
Très bonne compression.
Confort maintenu dans le temps.

Points faibles

Poche arrière trop petite pour smartphone.
Sensation "boudinage" après l'effort et transpiration.
Prix prohibitif.

Depuis plusieurs années, j’ai pris comme référence ces shorts Salomon Twinskin pour mes sorties trail longues et pour les marathons. J’ose encore croire qu’ils y apportent un petit « plus » grâce à leur effet compression et leurs finitions sans couture qui est une garantie contre l’apparition des échauffements. En 2019, Salomon a sorti sa nouvelle version du TwinSkin Pro, pour autant ce test est largement valable pour les produits équivalent de la saison 2018, les différences sont infimes, voire inexistantes : la plus notable la couleur du cuissard qui passe du noir au blanc.

D’un point de vu esthétique je trouve le blanc très stylé, ça donne un air François d’Haene.


Outre les spécifications techniques annoncées sur les tissus employés (marketing ?) :

Le short externe flottant d’un superbe rouge matador, est extrêmement léger, en mesh.

Le cuissard de compression blanc est pourvu d’une « exostructure » en forme d’alvéoles : concrètement, une s’agit d’une couche plastique élastique supplémentaire thermocollée à une tissue de compression très ajusté.

La ceinture de taille est en tissus noir élastique double peau : offrant une poche de stockage avant et arrière. Cette ceinture a été élargie par rapport à la version 2018.


Coupe, taille et tenue

A la réception du produit, vous avez le reflex de vous dire « il est mini ce short, je ne renterai jamais dans un cuissard si petit ». Ce n’est qu’une impression.

Je mesure 1m84, pèse 71 kg, silhouette « normale », tour de cuisse fort. Je prends la taille M, elle est parfaite.

Il ne faut pas hésite à tirer sur le cuissard pour l’élargir. La coupe fit colle aux cuisses : et c’est bien l’effet recherché. Il est nécessaire de monter l’élastiques de bas de cuisse bien au-dessus du genou, puis remonté avec la main le cuissard pour l’appliquer sans pli sur les cuisses. La ceinture se positionnera quasiment au niveau des abdominaux naturellement. Sans cet effort à l’enfilage : vous aurez sans cesse la sensation que le cuissard tombe, glisse lors dans premiers kilomètres.

La ceinture double peau permet d’y mettre quelques barres, gels énergétiques : ainsi on peut se passer d’une ceinture supplémentaire. La capacité de ces poches avant et arrières est surprenante, très élastique je me fais toujours la réflexion « c’est fou tout ce que l’on peut amener ! ». A l’avant : au moins 4 barres de céréale. La poche arrière est quant à elle pourvue d’une fermeture éclair et est très pratique pour y mettre ses clés de voitures par exemple. Quel dommage qu’un smartphone ne tienne pas dans cette proche qui est trop étroite ! Un iPhone 11 XR ne tient pas en largeur !


Retours d’expériences

La sensation de compression se fait sentir lors de l’enfilage, puis on l’oublie vite. La légèreté du short fait qu’on l’oublie instantanément.

Attention, si vous avez les poches chargées, au début on a la désagréable sensation de perdre le short, il faut le relever dans les premiers hectomètres.

Durant la course, la légèreté globale du short fait qu’on l’oublie.

L’effet compression reste présent et est pour moi rassurant durant la course. Testé dans de multiple condition, ce short sèche très vite.

En plusieurs dizaines de sorties : jamais un seul cas d’échauffement, notamment entre les cuisses.

Là où ça devient désagréable, c’est en cas de pause et lors de l’arrêt de la course : la compression est telle et l’exostructure enrobante, qu’une sensation de boudinage, de transpiration excessive, d’un effet « cocotte minute » apparait vite après l’effort. Prévoyez un short de rechange. Précisons que ce type de cuissard se porte dans slip / caleçon.

L’effet de la compression sur les cuisses est appréciable après course. Suite à l’utilisation sur parcours similaires d’un short classique et ce Twinskin : la fatigue est moins perceptible c’est indéniable. Notons que l’effet compression réduit la propagation des chocs après chaque foulée, harmonise la tenue musculaire : ce qui ne peut qu’être meilleur pour nos muscles.

Pour le nettoyage et l’entretien : il convient d’en prendre bien soin. Vu le prix et la légèreté des tissus, je l’enfile et l’enlève avec précautions, le nettoie avec une lessive Nikwax dédiée aux tissus techniques.

Ce produit est toutefois durable dans le temps : j’ai les version 2017 et 2018 dans le placard, ces shorts n’ont pas bougé.

Je l’utilise sur terrains difficiles et accidentés, pas de griffure ni d’accros, alors que je ne prends aucune précaution particulière durant la course.


Est-ce que je conseillerai ce produit ?

Si vous avez l’occasion d’en avoir un, c’est un super atout. Ce produit s’adresse tout de même a des sportifs réguliers, qui parcours plus de 80 km / semaine. Je le conseil particulièrement sur grande distance.

Toutefois, son prix est largement prohibitif : 110€ pour un short, c’est un luxe ! Je me demande toujours, au moment de l’achat, si le jeu en vaut la chandelle … c’est pourquoi je ne l’achète qu’en profitant de réduction (promos, ventes privées, …), car d’autres produits d’autres marques font tout aussi bien le job ! Pourquoi est-ce que je le prend à chaque sortie longue : c’est une valeur sûr, je les maintes fois testé : je me suis toujours senti bien dedans durant la course, et n’est jamais eu d’échauffement, désagrément lié à sa structure.

Pour qui ?

Runner, marathoniens, traiteurs, ultra-traiteurs. S'adresse à ceux qui ont un rythme d'entraînement intense et soutenu (< 80 km / semaine).

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire