Avis Scarpa Booster 2020

1 avis Scarpa Booster.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Antoine Kfr

Une souplesse épatante conjuguée à une précision éfroyable

Avis sélectionné
Profil du testeur : 22 ans | 1,80m | 65kg | Avancé | Nancy
Acheté : 155€
Conditions du test : testé sur voie en salle pendant 2 mois intensifs
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés d'Outzer permettant à nos lecteurs de recevoir gratuitement (et de garder) du matériel de la part de meilleures marques afin de réaliser un test terrain détaillé. Cliquez ici pour participer vous aussi
Test Privé : Chausson d'escalade Scarpa Booster

Points forts

souplesse du chausson
adhérence de la gomme XSgrip2
adhérence de la gomme M50
talon Robuste
Esthétique agressive
système de fermeture robuste

Points faibles

Prix
souplesse
longévité

Avant de commencer ce test, je tenais à signaler qu'il a été réalisé dans le cadre des Tests privés Outzer.
Je remercie fortement le site pour nous permettre de tester du matériel de qualité et de créer des opportunités là où il n'y en a parfois pas au moment où elles se présentent.
J'espère que ce test sera le plus complet possible et qu'il saura vous décider à finalement prendre (ou non) cette paire de Scarpa Booster. Et même si vous n'aviez pas ces chaussons dans le radar, j'espère que les divers points que je vais aborder vous permettront de porter un regard plus critique sur vos prochaines paires et de mieux les choisir si vous vous posiez encore des questions à ce niveau là.

Ce test sera divisé en plusieurs parties. La première sera le visuel et packaging, elle va faire l'état des lieux du chausson à la réception et donner mes premières impression sur ce qu'il dégage. Ce sera également l'occasion de rappeler les caractéristiques du chausson.

Spécifications :

  • gomme :
    Vibram XSgrip2 3,5mm ; M50 rubber (contre-pointe)
  • Profil :
    Fortement assymétrique et cambré
  • matériaux :
    Micro-fibre, alcantara
  • poids :
    245g la demi-paire

Visuel et packaging :

  • packaging :

Le Chausson arrive livrée dans sa boite et enrobé de papier (très important). Les chaussons arrivent également rembourrés par des feuilles de carton afin de maintenir l'intégrité de ces derniers et évités qu'ils soient écrasés avant même leurs premières utilisations.

  • Visuel :

Au niveau du visuel, on se retrouve, en ouvrant la boite, devant un chausson TRÈS agressif. Cambrure et asymétrie toutes deux poussées à l’extrême, on sent directement que ce chausson est fait pour la précision et les gros dévers.
Au niveau couleurs, on a une prédominance de noir et de blanc, avec de grosses touches de orange qui rendent le chausson encore plus agressif.
Pour le système de fermeture, deux énormes velcro vont venir verrouiller votre pied dans le chausson. La particularité que j'ai trouvé aux velcros : ils ne sont pas droits, il sont orientés afin d'avoir le meilleur maintien lors de la grimpe.

  • Grimpe :

Pour ce qui est de la grimpe, le chausson est doté de la gomme Vibram XSgrip2. On remarque que le patch de gomme est assez minimaliste, rien de plus que le nécessaire. Au niveau de la contre-pointe, un énorme patch de caoutchouc M50 a été placé et englobe l'entièreté de la contre-pointe. Enfin, le talon est doté de la toute nouvelle technologie PAF-heel, qui est censée répartir la pression plus équitablement et augmenter l'ajustement au talon du grimpeur.

Utilisation :

Bien que le visuel de la chaussure soit déjà beaucoup, cela ne fait pas tout ! il faut en effet voir ce que ce chausson vaut sur le mur et non sur le papier. Pour cela, je vais différencier 3 grands critères : le confort, la grimpe (précision, adhérence, talon, pointe etc), et enfin la résistance à l'usure.

  • Confort :

Ma pointure de ville ordinaire étant 43, et ayant des Vapor V en 42,5 qui auraient pu être plus serrés, j'ai pris cette paire de Booster en 42. Quelle n'a pas été ma surprise quand je n'ai pas réussi à rentrer mon pied dans le chausson au premier essayage donc ! Pour vous donner une idée, il manquait bien 1cm d'empeigne pour laisser mon talon rentrer dedans comme il faut.. Donc la deux solutions, soit on pleure et on demande une nouvelle paire à Outzer si c'est possible, soit on utilise la technique magique du film plastique.
Pour ceux qui ne connaissent pas, cette technique consiste en glisser son pied enrobé du film plastique dans le chausson. Ceci réduit considérablement le coefficient de friction et donc permet d'enfiler un chausson neuf pour le casser à la forme de votre pied. Deux séances plus tard, j'étais capable de les mettre sans !
Maintenant, il faut bien être honnête, un chausson aussi asymétrique et cambré, ce n'est pas fait pour marcher des randonnées, donc oui ça fait mal au début, mais que lorsque l'on marche. C'est assez difficile à expliquer mais lorsque l'on est sur les prises, la pression est répartie de telle sorte que la douleur disparait pour laisser place à la puissance du chausson.

Pour ce qui est enfin du maintien du pied dans le chausson, la dessus c'est un sans faute de Scarpa, les deux scratchs opposés sont parfaitement positionnés afin de verrouiller le pied dans l'empeigne. Le petit plus, les scratchs ne sont pas droits mais dessinés de tels sorte à épouser l'arrondi naturel formé par le complexe pied / chausson. Le scratch inférieur à également été rehaussé afin de ne plus appuyer sur les métatarses mais juste au dessus afin de limiter les douleurs tout en conservant un pouvoir de maintient. 

Le petit plus trouvé au chausson, un patch à l'intérieur au niveau du gros doigts de pieds en alcantara (ou une autre matière super douce) qui donne encore plus de confort lors de la grimpe.

  • Grimpe : 

Adhérence :

Sans grande surprise, la gomme XS grip2 de chez vibram tient absolument toutes ses promesses. L'adhérence sur les prises se fait instantanément et mets en confiance même lorsque le grain de la prise, ou la pression du pied n'est pas optimal. S'ajoute à cela la souplesse très (très !) prononcée du chausson, qui permet d'écraser la gomme sur la surface sur laquelle vous voulez tenir. Alors certes, cela peut être un léger désavantage lorsque l'on grimpe sur des petits grattons, mais dans ce chausson n'est clairement pas fait pour la dalle donc le problème se posera certainement très peu.
La grande souplesse du chausson lui offre une grande déformabilité instantanée, ce qui le rend imbattable dans les adhérences sur les volumes, tout autant que dans les griffés dans le dévers.

contre-pointe :

Encore une fois la dessus une grande confiance et adhérence dans la contre pointe, et ce pour les mêmes raisons : la souplesse du chausson. Cette souplesse permet d'appliquer une pression accrue et donc d'optimiser la contre-pointe même dans des situations difficiles. La gomme M50, est très très tendre. Un bon point pour l'adhérence mais un mauvais point sur la longévité. En effet, il suffit d'une zipette pour observer une détérioration de la gomme. Certes minime mais observable.

Talon :

Le talon, comme un peu tous les talons scarpa sont légèrement large pour mon pied. Cela inspire donc toujours peu confiance lors des premières séances. Mais cette confiance revient très vite après 1 ou 2 talons hasardeux posés et tenus par on ne sait quelle opérations de qui ou quoi. Au niveau de la technologie PAF-heel, je ne sais pas si c'est absolument ça et si c'est une révolution mais j'ai pu observer une tenue agréable et régulière du talon dans le chausson même lors de gros efforts.

  • Résistance en fatigue :

La longévité d'un chausson est également un élément à prendre en compte, surtout lorsque les prix avoisinent les 160€ comme cette paire. En effet, on n'a pas forcément envie d'avoir à les ressemeler 2 mois après les avoirs achetés ou avoir complètement la cambrure ou l'asymétrie. Cette section va donc servir à rechercher des signes d'usure précoce après 2 mois d'utilisation soutenues en salle. Malheureusement uniquement en salle car la région lorraine et sa magnifique météo ne m'a pas laissé l'opportunité de les tester en falaise.

- Cambrure et asymétrie :

Après ces deux mois d'utilisation en salle, je peux déjà observer une perte de la cambrure du chausson au niveau de la "toe-box". Autrement dit, la cambrure est conservée du talon à la plante mais sa perds sur la partie avant du chausson. Bien que je n'ai pas encore eu l'occasion d'observer une perte de puissance dans le chausson due à une telle déformation, il se peut que cela advienne in fine.
contrairement à la cambrure, aucune modification de l’asymétrie n'a pu être observée. 

- Gomme :

Ici la durabilité de deux gommes est à prendre en compte. Celle en pointe et celle en contre pointe.

Pour la gomme en pointe, la gomme XS Grip2 de Vibram montre des signes d'usure après 2 mois d'utilisation. en effet, sa grande tendresse la rend donc moins résistante à l'usure. Maintenant J'ai envie de dire que cette usure est normal et même nécessaire pour pouvoir grimper de manière instinctive avec ce chausson. En effet, l'effacement timide de la carre permet au grimpeur d'avoir une plus grande possibilité de rotation du pieds sur la prise lors de la grimpe. (du moins de mon ressenti).

Pour la contre-pointe, le patch de gomme M50 montre des signes d'usure normale dus à l'abrasion lors d'une grosse zypette. Sinon, rien d'autre. Ce qui est assez satisfaisant lorsque l'on prend en compte la tendresse encore plus importante de cette gomme.

- Fermeture du chausson :

Le système de fermeture du chausson est également un point à prendre en compte dans la longévité. En effet, on connait tous des amis grimpeurs qui sont contraints de rivaliser d'ingéniosité afin de pouvoir continuer à fermer leurs Solutions de La sportiva. Ici zéro soucis pour le moment et aucune marque d'usure en fatigue au niveau des scratchs. Ils sont tellement gros que l'on peut tirer dessus comme on tir sur la petite réglette dans la rose dans le coin (the pink one in the corner pour ceux qui auront la référence).donc pas de soucis la dessus, vous pouvez serrer vos chaussons sans crainte. 

Conclusion :

Le scarpa booster est un chausson extrêmement performant pour l'escalade sportive, ou le bloc. Maintenant sa grande souplesse le rendra rapidement épuisant sur des voies de plusieurs longueurs. Ses points forts font ses faiblesses et inversement. Dans un même temps, ne pensant que 65kg, je pense que des grimpeurs plus lourd seront peut être encore plus pénalisés par la souplesse de ce booster.
Maintenant il faut se rendre à l'évidence : ce chausson n'est pas un chausson pour les débutants, et s'adresse aux personnes avides de sensations lors de la pose du pied et cherchant une souplesse accrue. De toute façon, le prix démotivera certainement une personne n'en ayant pas l'utilité.

Pour qui ?

le grimpeur avancé qui cherche des sensations lors de la pose de pieds

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire