Avis Jetboil Flash Cooking System 2018

Déposez votre avis.

On le surnomme souvent la Rolls des réchauds. J’aurais plutôt tendance à dire qu’il en est la Ferrari.

Avis sélectionné
Profil du testeur : 45 ans | 1,69m | 58kg | Avancé
Conditions du test : En été. Extérieur et intérieur (refuges) avec et sans vent, température moyenne 20°. Meilleures conditions : 28° sans vent. Moins bonnes conditions 11° avec vent moyen. Altitude de 600 mètres à 1350 mètres en moyenne Montagne (Vosges)

J’ai eu le plaisir d’être sélectionné par Outzer pour réaliser ce test, j'ai donc pris mon temps et essayé d'être le plus précis possible peut-être même un peu psychopathe dans la précision. (La photo non numérotée, c'est juste pour le plaisir.)

Présentation générale. Photo 1

Poids sans cartouche : 400 gr

Dimensions : 10,4 cm de diamètre x 18 cm de haut

Le Jet Boil flash Cooking System qui a été mis à ma disposition est composé d’un brûleur à gaz isobutane/propane, d’une tasse en aluminium anodisé d’une contenance totale d'un litre, recouverte d’une enveloppe amovible en néoprène, un couvercle en matière plastique, d’une tasse en plastic et d’un trépied pliant en plastic. Pour ce test, le fabriquant a aussi mis à ma disposition une cartouche de gaz de 100 gr

Le tout se range dans et sur la tasse en aluminium dont l’intérieur est ainsi quasi entièrement comblé. Le jetboil flash est donc transportable d’une pièce compacte. Photo2

Le brûleur: photo 3

Poids : 125 gr

D'une puissance de 2,6 kw, il est équipé d’un allumage piézo-électrique qui le démarre au quart de tour. L’ouverture de la vanne se fait avec un robinet en acier inoxydable qui se replie sous le brûleur pour le transport. Sa forme et sa taille permettent sa manipulation avec des gants. Le brûleur se visse directement sur la cartouche à valve et est compatible avec les marques Jetboil, Primus, Coleman, MSR et Optimus

La tasse en aluminium:  photos 4

Poids (avec l'enveloppe néoprène et le couvercle) : 216gr

Haute de 18 cm, d’un diamètre de 10,4 cm. Elle est annoncée d’une contenance d’un litre sur l’emballage , après vérification, elle peut contenir ce litre mais à ras bord. Peu importe puisque de toute façon il est déconseillé de la remplir à plus de 50 cl pour des raisons de sécurité. Un marquage est à l’intérieur de la tasse pour nous signifier cette limite. Photo 5

Sa base externe est en fait une protection contre le vent pour la flamme tout en étant un système de diffusion de la chaleur nommé FluxRing. Elle s’emboîte sur le réchaud avec un mouvement de vis de sorte à en être solidaire.

L’enveloppe en néoprène:

Elle enveloppe quasi complètement la tasse seule la base FluxRing exposée à la flamme n’en est pas couverte par contre elle la couvre jusqu’au-dessus. L’enveloppe est équipée d’une anse souple qui permet de saisir la tasse sans se brûler bien que l’enveloppe en elle-même le permet déjà. Un système d’indicateur de chauffe est intégré sur l’enveloppe. Il devient orange au contact de la tasse chauffée par l’eau en ébullition photo 6. L’enveloppe est amovible de sorte à faciliter son nettoyage et son remplacement.

Le couvercle souple :

En plastic souple, logiquement résistant à la chaleur. Il ferme l’ensemble durant le transport conserve la chaleur dans la tasse lors de la chauffe. Percé en son centre pour dépressuriser lors de l’ébullition, il est aussi doté d’un bec verseur et de quelque petits trous sur son périmètre. Il va permettre de cette façon d’utiliser la tasse comme une bouilloire et peut aussi servir de passoire pour essorer des pâtes. Il se fixe également parfaitement sur la tasse en plastic. On remarque sur le périmètre de ce couvercle une très petite languette percée d'un petit trou photo 7 . Cela permet d'y passer par exemple un élastique qui pourrait se fixer autour de la tasse en aluminium afin de ne pas le perdre tel une dragonne. La tasse en plastic est dotée du même style de languette.

La tasse en plastic: photo 8

Poids :31 gr

Elle se fixe sous la tasse en aluminium lors du transport. Elle protège alors le système de diffusion de la flamme. Elle résiste aux liquides chauds et peut tout à fait servir de tasse pour boire ou manger. Le couvercle en plastic souple se fixe très bien dessus et permet de garder son contenu un peu au chaud. Pour une fixation parfaite, il faudra aligner la mini languette du couvercle avec celle de la tasse Photo 7 . Elle peut contenir 25 cl.

La cartouche de 100 gr: photo1

Bon et bien c’est une cartouche de gaz. Elle pèse environ 200 gr pleine, il est imprimé dessus ces diverses capacités de chauffe en fonction de son volume de gaz restant. Elle fait mention de 24 utilisations maximum, j'en ai fait 21, à ébullition, pour la vider. Elle se range parfaitement dans la tasse en aluminium et ne prendra donc pas de place dans le sac à dos.

Le trépied pliant en plastic: photo1

Poids : 27 gr

Il s’emboîte sous la cartouche 100 gr mais peut aussi s’adapter à une cartouche 230 gr. Plié, il se range dans la tasse.

Les tests:

L’aillant reçu en juin, je n’ai pas pu le tester par conditions difficiles. Les tests ont été réalisés avec la cartouche Jetboil fournie. Je produirai un complément de test après l’hiver.

Ce réchaud qui est plus qu’un réchaud puisque c’est un ensemble complet est annoncé comme pouvant chauffer 1 litre en 200 secondes. J’ai effectué les tests avec des contenances de 50 cl. Premièrement parce qu’il n’est pas conseillé d’essayer de porter plus à ébullition avec ce Jetboil. Deuxièmement parce que 50 cl est un volume suffisant pour réhydrater la plus part des plats lyophilisés en permettant aussi d’avoir assez d’eau chaude pour une boisson. Un repas chaud + une boisson chaude donc.

Côté autonomie il est annoncé 10 litres avec une cartouche de 100 gr.

Conclusion des tests :

A 20° sans vent ou peu de vent, il faut entre 90 et 100 secondes pour faire bouillir 50 cl. A 11° avec un peu de vent, il a fallu 105 secondes. En ce qui concerne le volume d’eau porté à ébullition avec la cartouche Jetboil 100 gr, je suis arrivé à 21 chauffes de 50 cl soit 10,5 litres. Je précise toutefois qu’il m’est arrivé de ne pas éteindre immédiatement la flamme dès l’ébullition n’ayant pas toujours les yeux rivés sur le réchaud. Si on se contente de porter à frémissement, on arrive donc à une belle autonomie en dépassant mes 21 chauffes. Le système FluxRing semble donc très efficace couplé avec la puissance du brûleur.

Mon ressenti :

Les + :

Le Jetboil Flash n’est pas un simple réchaud, c’est un ensemble destiné à faire bouillir de l’eau avant tout et ça rapidement à moindre consommation de gaz. La forme de sa tasse dont le diamètre permet à sa base d’être entièrement exposée à la chaleur de la flamme, le couvercle limitant la perdition de chaleur par le haut, le système FluxRing et la puissance du brûleur font que le pari est amplement réussi. L’utilisateur qui veut rapidement de l’eau bouillante pour une raison alimentaire ou sanitaire ne sera absolument pas déçu. L’ensemble se range d’une seule pièce dans le sac ce qui le rend pratique non seulement pour son transport mais aussi pour son déploiement rapide, d’ailleurs il est visiblement conçu aussi pour la rapidité de mis en œuvre même avec des gants (j’ai essayé). En fait le Jetboil est une super bouilloire avec un beau costume en néoprène, il ne lui manque que la cape.

Le Jetboil Flash va convenir aux consommateurs de repas lyophilisés, de pâtes, de soupes et boissons en poudres, de thés et d’infusions. Il va aussi être parfait pour purifier rapidement de l’eau ou en faire chauffer pour se laver. Bien sûr, il va convenir aux utilisateurs pressés et/ou manquant de temps, par exemple lors de longues journées de marche surtout quand il fait froid et qu'on ne veut pas traîner et se refroidir durant la pause.

Autre gros atout : la sécurité d’emploi. Le Jetboil est stable grâce à son trépied et sa tasse est fixée sur le brûleur. L’enveloppe en néoprène empêche de se brûler au contact de l’aluminium et la poignée comme le bec verseur facilite énormément le versement de l’eau.

La tasse en plastic sur laquelle se pose le couvercle est un accessoire ingénieux puisque à double fonction, protection du système FluxRing tout en étant une tasse de 25 cl à part entière. Le système Jetboil Flash se suffit donc à lui-même. On peut se passer d’autres récipients.

10 litres d’autonomie minimum avec une cartouche de 100 gr, c’est tout à fait respectable. Je rappelle que j’ai effectué 21 chauffes de 50 cl donc 21 repas, avec boissons chaudes, possibles. Si on s’en sert trois fois par jour en comptant son petit déjeuner, la semaine d’autonomie est atteignable surtout si on se contente de porter l’eau à frémissement de temps en temps.

Enfin, même si je ne l’utilise que depuis quelques mois, il me semble solide avec des finitions impeccables.

Les - :

Le Jetboil Flash a les défauts de ses qualités. Son brûleur est puissant, c’est bien mais il est difficile à régler pour obtenir un feu doux. D’autre part, la base de la tasse en aluminium est complètement en contact avec la flamme. Résultat, dès lors que l’on vise la cuisson ou le réchauffement d’autre chose que du liquide, on risque de le brûler au fond de la tasse. La profondeur de cette dernière va compliquer la tâche quand il va s’agir de se servir d’une cuillère pour remuer les aliments lors de la cuisson. Bref, on a de fortes chances que ça attache au fond et ça ne va pas être facile à nettoyer. Pour ma part, j’aime réhydrater et consommer mes lyophilisés directement dans la popote. Pas simple avec le Jetboil Flash.

La tasse est conçue pour se fixer au brûleur rendant l’ensemble stable, sécurisé et efficace mais si on veut poser dessus autre chose non Jetboil que cette tasse, ça se complique. Des popotes équipées de systèmes similaires au FluxRing pourront être posées dessus si leurs diamètres le permettent. Ces systèmes laissant passer un peu d'air entre la popote et le brûleur photo 9, la flamme est possible et efficace. La stabilité ne sera plus assurée cependant puisque l'ensemble ne sera pas solidarisé. Par contre une une popote basique non Jetboil ne permettra pas le passage de l'air et donc la flamme s'étouffera directement photo 10.

Certes la marque Jetboil propose d’autres récipients offrant la possibilité de cuisiner et adaptables sur son modèle Flash, on trouve aussi un adaptateur pour d’autres popotes mais dès lors on perdra l’avantage de l’ergonomie du système et ces récipients Jetboil sont chers, plus chers que la moyenne du marché pour ce genre de produits.

On comprend donc que ce qui fait défaut au Jetboil Flash, c’est la polyvalence. Pour un ensemble réchaud permettant le porter de l’eau à ébullition mais aussi permettant de réchauffer un vrai plat, on trouvera moins cher ou/et plus léger surtout si on utilise la différence de prix pour investir dans un quart en titane. Avec un simple réchaud acceptant plusieurs récipients de sa marque ou non, on pourra équiper son sac différemment en fonctions des activités pratiquées et des repas envisagés.

Enfin, même si j’ai la chance d’utiliser le Jetboil Flash sans avoir déboursé un centime, le prix moyen de ce système refroidit ses acheteurs aussi vite que le réchaud porte l’eau à ébullition puisqu’on est sur une somme autour des cents euros.

Les + ou - :

L’indicateur de chauffe. Mon avis sur cette fonction est mitigé. Je reconnais ne pas avoir inventé l’eau chaude mais je reste cependant assez intelligent, tout du moins expérimenté pour savoir quand l’eau bout. A ce titre, j’ai tendance à considérer cette option comme un gadget qui de plus a sûrement tendance à contribuer au prix élevé du système. Pour information Jetboil propose des enveloppes en néoprène de rechange. Le modèle de base est noir mais on peut le changer pour d’autres couleurs avec des prix autour de huit euros. Des modèles colorés et bigarrés peuvent égailler votre ensemble.

Je reconnais toutefois que l’indicateur de chauffe peut se montrer pratique quand le bruit du vent couvre celui de l’ébullition.

D’autre part, la tasse est annoncée d’une contenance d’un litre, ce n’est pas faux mais ne comptez pas faire bouillir un litre d’un coup. La puissance du réchaud rend l’ébullition à gros bouillons turbulente. L’eau parvient à jaillir du trou central et du bec verseur du couvercle et vient vous ébouillanter la main au moment de fermer la vanne. Le diamètre de la tasse accentue ce phénomène. Cependant même si on ne chauffe en toute sécurité que 50 cl, sa contenance totale permet d’y mettre assez d’eau pour se laver un peu avec de l’eau tiède par exemple.

Conclusion :

Le Jetboil Flash n’est pas à la portée de toutes les bourses et fait partie de ces produits faisant de plus en plus de la randonnée une activité coûteuse pour ses adeptes. Il est d’autant plus onéreux que pour devenir réellement polyvalent, il faudra investir dans des accessoires eux aussi coûteux. Il ne satisfera pas les adeptes de la cuisine en randonnée et il ne satisfera pas non plus les adeptes de la MUL.

Cependant le Jetboil Flash me rend bien service. Assez compact, pas vraiment lourd pour un système complet, rapide à déployer et à ranger, puissant, économique à l’usage et astucieux, il s’est montré parfait pour chauffer l’eau nécessaire à une alimentions déshydratée et à mes pauses thé. Il est aussi parfait pour purifier de l'eau très rapidement. Faire vite fondre de la neige lui sera aussi très facile. Il respire la qualité et le sérieux quant à sa fabrication ce qui justifie en parti son prix et celui de ses accessoires même s’il faut être conscient qu’on paie aussi l’étiquette. Un détail comme celui des languettes percées sur le couvercle et la tasse plastic démontre le soin,la réflexion et la minutie apportés à sa conception. Pour des repas lyophilisés et des boissons chaudes, il ne nécessite aucun autre accessoire. On le met dans son sac à dos et hop, on part vite fait pour plusieurs jours d’autonomie ou une simple randonnée à la journée durant laquelle on ne veut pas s’attarder à cuisiner voir même une demi-journée avec une pause thé /café.

J'étais tenté de ne donner que la note 7 compte tenu de ses quelques défauts d'utilisation mais si on le considère seulement comme un système complet de bouilloire rapide, pratique, sécurisé avec des fonctions supplémentaire comme la passoire, il mérite 9, son prix ne me faisant pas attribuer la note 10. Je lui ai donc attribué un 8. 

On le surnomme souvent la Rolls des réchauds, j'aurais plutôt tendance à dire qu’il en est la Ferrari.

Pour qui ?

Randonneur/trekkeur en Montagne dont l'eau bouillante est la base de l'alimentation.
8/10

Points forts

Compact.
Rapide
Pratique
Qualité
Économique à l'usage

Points faibles

Prix d'achat
Prix des accessoires supplémentaires
Sans adaptateur il ne fonctionne quasiment qu'avec les gamelles de la marque.
Limité pour cuisiner.

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire