Avis Vaude Brenta 36+6 2020

3 avis Vaude Brenta 36+6.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,7/10
Concombre Masqué

Un compagnon de sentier polyvalent, fiable et très agréable !

Avis sélectionné
Profil du testeur : 37 ans | 1,72m | 68kg | Expert | Lyon
Acheté : 150€ en ligne
Conditions du test : Test estival dans les Alpes mais météo variée selon les jours
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés d'Outzer permettant à nos lecteurs de recevoir gratuitement (et de garder) du matériel de la part de meilleures marques afin de réaliser un test terrain détaillé. Cliquez ici pour participer vous aussi
Test Privé - Sac à dos Vaude Brenta 36+6

Points forts

Confort
Polyvalence
Rangements et astuces
Éco-conception

Points faibles

Poids un peu élevé

Cet avis fait suite à ma sélection au test privé d'Outzer, que j'en profite pour remercier, ainsi que Vaude, de m'avoir permis de tester ce produit.

Déconfiné, j’ai pu mettre à profit un bel été pour tester le sac à dos Brenta 36+6 de chez Vaude, pour lequel j’ai eu la chance d’être élu testeur privé en compagnie de quelques autres chanceux, dont Ritchi qui a dégainé son excellent avis avant, et visible ici.

Je pratique régulièrement la rando en toutes saisons et sur toutes les durées, et je commence à avoir une collection de sacs en tous genres et de tous volumes, ce qui me permet ici de comparer ce produit à d’autres sacs d’autres marques.

Alors ce Brenta 36+6 ?


Rappel des caractéristiques de la bête :

Poids annoncé : 1400g

Dimensions : 63 x 32 x 30 cm

Prix : 150€ prix catalogue


Au déballage :

Comme souvent avec Vaude, belle impression première. Ca respire la qualité (allemande!), les finitions sont excellentes, les coutures semblent solides, et le mesh, présent en grande quantité, semble de bonne facture.

Le sac est très bien accessoirisé avec, de haut en bas :

- Une poche sur le dessus du rabat (à l’intérieur de laquelle se trouve une poche matelassée pour un téléphone, et une poche zippée d’un volume suffisant pour y glisser clé et papiers divers)

- Une poche en mesh sous le rabat

- Le grand compartiment principal de près de 30l, dans lequel on peut glisser une poche à eau le long du dos. Ce grand rangement principal est également accessible par l’avant du sac (pratique pour aller chercher des affaires en fond de sac sans tout vider)

- 2 poches latérales en mesh élastique

- Un poche frontale supplémentaire qui permet de glisser une veste ou une polaire (ou du matos technique) facilement

- Sur la ceinture ventrale, 2 poches latérales plutôt très spacieuses

- Enfin, sous le sac se trouve une petite poche zippée où se trouve la housse de pluie


36+6, cela signifie qu’un espace peut-être dégagée sur le dessus de la poche principale. Le système est classique mais efficace, il suffit de régler le rabat plus en hauteur pour gagner de l’espace

Enfin, tous les grands classiques sont là : sangles de rappel de charge, sangles de compression, porte-bâtons et piolet, passage système d’hydratation, dos réglable en hauteur, filet dos tendu aéré en mesh…

Sur le papier comme au déballage, ce sac a énormément d’atouts, malgré un certain embonpoint par rapport à la concurrence. Mais qu’en est-il dans la vraie vie ?


En test, sur le terrain :

J’ai pu tester ce sac, lors de quelques sorties à la journée dans les Alpes du Nord, sur 2 jours avec nuit en refuge, et sur une petite semaine en bivouac dans le Mercantour.

Le verdict tombe assez vite : Quelle polyvalence ! Le volume assez contenu (seulement 36l) devrait le limiter à l’itinérance en refuge, mais ses qualités et ses nombreuses astuces font que j’ai pu sans problème l’utiliser en bivouac itinérant. Alors que j’utilise d’habitude un 50l, je n’ai eu aucun problème à tout ranger dans ce sac. Alors, certes, nous étions 3, ce qui permet de mutualiser la matos, et nous n’étions pas en autonomie totale, puisqu’on se ravitaillait tous les jours, mais tout de même !

Côté confort, c’est plutôt très bon. Les bretelles et la ceinture sont matelassées, et les réglages sont assez fins pour pouvoir trouver une adaptation idéale. Je n’ai jamais été convaincu par les filets tendus, qui induisent des armatures rigides et font perdre du volume, mais je dois bien avouer que le système est rodé, efficace et pas du tout gênant. En tout cas, l’air circule car il y a bel et bien de l’espace entre le dos et le sac (voir photos), ce qui prouve que système fonctionne, même avec un sac chargé.

En bémols de cet excellent produit, je noterais d’abord son poids. 1,4kg c’est lourd pour un sac d’environ 40l. Le bon côté, c’est que les matériaux sont solides et éco-conçus (l’argument principal chez Vaude), mais difficile de faire face à la concurrence avec une telle masse, plus fréquemment aperçu sur des sacs de 60l et plus. Autre bizarrerie, les poches mesh latérales, très pratiques, ne sont pas intégralement fermées au fond. En clair, ça passe pour une bouteille d’eau, mais il ne faut pas s’aventurer à y glisser des petits objets (barres de céréales par ex), car elles vont finir par tomber. Je n’ai pas compris l’idée, c’est la première fois que je vois ça, il doit y avoir une raison, mais elle m’a échappée. Enfin, il eut été intéressant d’ajouter des sangles sous le sac (comme c’est souvent le cas chez Millet par ex), afin de pouvoir accrocher une tente ou du matériel supplémentaire. D’autres alternatives sont possibles (sous la réhausse du rabat), mais je trouve que cette option aurait eu du sens pour accroître encore davantage la polyvalence de ce sac.


En résumé :

Au vu de la philosophie d’éco-conception chère à Vaude, il s’agit d’un bon produit. Clairement, le sac n’est pas orienté MUL, mais plutôt confort et polyvalence ce qui est très agréable. De nombreuses astuces et rangements font du Brenta un sac de randonnée de très bonne facture, le tout pour un prix élevé mais pas inatteignable.

A 150€, il reste accessible pour les « consomm-acteurs » qui souhaitent s’engager dans des achats éthiques et réduire leur empreinte écologique. Sa polyvalence et ses nombreux rangements en font un compagnon de sentiers très fiable et très agréable, que ce soit en journée ou à l’étape du soir.

Pour qui ?

Les randonneurs itinérants en semi-autonomie

commentaires

3 commentaires
Christelle31
Statut : Expert
inscrit le 04/09/17
Activités : 47 avisMatos : 65 avis
Un beau test bien complet, juste une petite remarque car je sais que tu es un randonneur averti...qui prend (encore) des bouteilles plastique en montagne ;-) Je pourrais également faire la remarque à Ritchi avec sa belle bouteille ;-)
0
Concombre Masqué
Statut : Confirmé
inscrit le 26/02/18
Activités : 4 avis
Héhé, bien vu ! La bouteille en plastique dur (type Badoit ou Coca) reste imbattable en rapport poids/résistance. Mais il faut que je change cette vilaine habitude, en effet... Des idées sur qqchose de pas trop lourd ?
0
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire