Avis Julbo Vermont classic 2020

1 avis Julbo Vermont classic.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
ethernote

Des lunettes de glacier très efficaces, mais on peut mieux faire

Avis sélectionné
Profil du testeur : 24 ans | 1,81m | 72kg | Avancé | Nîmes
Acheté : 140€ en magasin
Conditions du test : Été et hiver, randonnée, ski, baignade, balades...

Points forts

Prix, très bonne gestion de la luminosité

Points faibles

Durabilité, tenue sur le visage

Vous êtes dehors, le moindre soleil vous éblouit, même un temps pluvieux, gris et nuageux vous aveugle... Alors vous êtes comme moi : vous craignez la lumière en à peu près toutes circonstances. La solution miracle, ce sont les lunettes de glacier. Ces vieux modèles de lunettes remontent aux années 70/80, quand les alpinistes éprouvent le besoin croissant d'avoir des lunettes sombres qui les protègent du blanc éblouissant de la neige des glaciers de haute montagne.
Les Julbo Vermont Classic remplissent cette promesse parfaitement, mais un souci de taille ainsi que de durabilité viennent pour moi ternir un peu le plaisir de les avoir sur le nez.


Description du modèle concerné par le test

Julbo Vermont classic, couleur noir, verre brun, reflet miroir argenté (qui ne change en rien votre vue à vous, seulement comment les gens vous voient de l'extérieur)


Caractéristiques générales

Branches flexibles qui entourent l'oreille, ce qui permet aux lunettes d'épouser parfaitement la forme de votre tête et notamment de vos oreilles, mais également (et surtout) que les lunettes ne tombent pas, peu importe les positions les plus folles auxquelles vous les soumettrez. Testé et approuvé : même la tête à l'envers, les lunettes tiennent !
Caches en cuir sur les côtés + cache en cuir amovible au niveau du nez qui permettent de filtrer la lumière venant des côtés, et du haut. Très pratique et très efficace. D'autant que, si cela vous gêne pour le côté esthétique, le cache au niveau du nez s'enlève en défaisant un simple bouton pression.
• Livrées avec un simple sac en soie, pas d'étuis. Pour des lunettes pensées pour l'alpinisme, et donc potentiellement pouvant être exposées à des conditions assez rudes, la protection incluse est plus que minimale. Le simple sac en soie ne sert pas à grand chose, et il faudra lui préférer un (assez grand) étuis pour bien les protéger pendant le transport. Les branches sont fragiles (j'y viens).
Verre incassable, mais rayable. Le verre est en polycarbonate, une sorte de plastique ultrasolide, qui, d'après les dires, est incassable. Par contre, ça se raye assez facilement. Je n'ai pas de grosses rayures sur mes lunettes, que j'ai acquis il y a un an, donc ce n'est pas un gros problème, mais les microrayures apparaissent vite (ne gênant, en tout cas pour l'instant, aucunement ma vue). Notez que ceci n'est pas inhérent à ces lunettes, mais bien à la matière utilisée aujourd'hui pour la plupart des lunettes. Contrairement aux verres dits "cristal", la matière est incassable mais se raye bien plus facilement que du vraie verre.
Verre non polarisé. Ca ne pose pas vraiment de problème. Il paraît que la polarisation aide à mieux voir les contrastes, mais ça ne m'a jamais gêné en montagne. A noter que la polarisation ne change en rien la protection qu'apportent les lunettes.

Gestion de la luminosité

Verres de catégorie 4. Les verres les plus sombres disponibles sur le marché, ils filtrent plus de 95% de la lumière entrante. C'est bluffant - je les ai utilisées en montagne enneigées en plein soleil, dans le sud de la France en plein été, et le résultat est sans appel. Sans les lunettes, je peux à peine ouvrir les yeux. Avec des lunettes de soleil classiques, je me prends un mal de tête au bout d'une heure. Avec celles-ci, les yeux se reposent pour de vrai. Un vrai bonheur ! Attention cependant : il est en principe interdit de conduire avec ce type de verres.
Caches en cuir sur les côtés qui permettent d'empêcher les rayons latéraux d'arriver jusqu'à vos yeux fragiles.
Verres ronds de grand diamètre, qui assurent un très large blocage de la lumière tout autour des yeux
Cache en cuir amovible au niveau du haut du nez, qui, non content d'offrir un côté esthétique certain, permet de cacher une lumière que très peu de lunettes permettent de cacher : la lumière qui entre par le haut.

On a donc, au total, une paire de lunettes parfaitement équipée sur le plan technique pour filtrer la lumière en toutes circonstances. J'en ai fait l'expérience sur tout type de terrain, en hiver comme en été, en montagne, sur neige comme sur terre - cela fonctionne parfaitement. Il peut arriver, par contre, que les lunettes soient trop sombres car la lumière ambiante ne nécessite pas un filtrage aussi efficace. Deux possibilités : soit, vous vous y habituez, et je dirais que c'est le cas pour ma part, soit il vous faut une deuxième paire de lunettes, de catégorie 2 ou 3, que vous gardez pour les fins d'après-midi ou les journées plus sombres.


Côté pratique

• Le verre brun ne dénature pas (beaucoup) les couleurs naturelles de votre environnement. Lorsqu'un verre noir n'est pas disponible, le brun reste, pour moi, la meilleure alternative.

• Gros point négatif de ces lunettes, la taille unique et les branches flexibles font que, en tout cas chez moi, les lunettes ne restent pas parfaitement collées contre mon visage, et s'éloignent d'un demi-centimètre. Ce n'est rien, me direz-vous ; sauf qu'avec une sensibilité élevée au soleil, ce demi centimètre fait que la lumière passe au-dessus de mes yeux. Résultat : obligé de porter une casquette pour bloquer la lumière venant d'en haut, ou à défaut, d'appuyer toutes les 5 minutes sur mes lunettes pour éviter qu'elles ne descendent.


À noter qu'un bon serrage des branches doit permettre de corriger, au moins partiellement, ce problème. Mais malgré cela, selon la forme de votre nez et de votre visage, les lunettes peuvent s'adapter plus ou moins bien. Pour la majorité des gens, cela ne sera pas un problème. Pour les gens très sensibles à la luminosité, comme moi, ça le sera.

• Les branches sont fragiles. Là encore, c'est une expérience bien subjective, peut-être n'ai-je juste pas eu de chance. Mais au bout de 6 mois d'utilisation, j'avais déjà une branche (qui, sans sa gaine en caoutchouc, est un peu comme un fil de fer) fendue. Heureusement, mon opticien a appelé le SAV de Julbo qui s'est dépêché d'envoyer des branches de remplacement à leurs frais.

• Nous avons fait le tour des deux gros points négatifs de ces lunettes. Hormis cela, pour leur prix très raisonnable (130€ fournisseur, moins de 100€ chez les revendeurs alternatifs), elles remplissent parfaitement leurs promesses : couper la lumière même la plus forte de toutes parts, et tenir sur vos oreilles sans tomber, peu importe l'activité.

• J'ai même utilisé ces lunettes à plusieurs reprises dans une piscine, le cuir des caches a bien tenu, et en pensant à bien nettoyer le verre directement après (puisque le chlore est abrasif), je n'ai eu aucun problème particulier.


Conclusion :
Ces lunettes au prix très abordable remplissent la promesse originelle des lunettes de glacier : même dans une activité extrême, les lunettes tiennent le coup, résistent aux chocs, et en premier lieu, bien évidemment, coupent très efficacement la lumière. Tout ceci est acquis. Les principaux problèmes résident dans la solidité des branches et, à titre personnel en tout cas, dans la bonne tenue contre le visage. Chez moi, les lunettes ont tendance à s'abaisser sur mon nez, ce qui fait que la lumière à tendance à passer en haut, et que je préfère donc porter ces lunettes en portant en même temps une casquette.


Pour qui ?

Amateurs d'alpinisme ou personnes photosensibles

Test Privé

Test Privé - Lunettes Julbo Reactiv
Test Privé - Lunettes Julbo Reactiv
Test privé Julbo

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire