Avis On Cloudventure Waterproof 2020

3 avis On Cloudventure Waterproof.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.

Quelles chaussures !!

Avis sélectionné
Profil du testeur : 48 ans | 1,82m | 73kg | Avancé
Acheté : 180€ en ligne
Conditions du test : Boue, sentiers, forêt, pierriers
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés d'Outzer permettant à nos lecteurs de recevoir gratuitement (et de garder) du matériel de la part de meilleures marques afin de réaliser un test terrain détaillé. Cliquez ici pour participer vous aussi
Test Privé - Chaussure de trail Cloudventure Waterproof

Points forts

Accroche phénoménale sur terrain meuble, boue qui n'accorche pas, stabilité, amorti en terrain meuble, confort

Points faibles

Semelle glissante, voire dangereuse si on passe sur un plaque d'égout mouillée, semelles infernales à nettoyer, dures sur le bitume

Suite aux tests privés d'Outzer, et après pas mal de km, voici mon retour sur les chaussures de trail Cloudventure Waterproof de la marque suisse On Running.


𝘾𝙤𝙣𝙙𝙞𝙩𝙞𝙤𝙣𝙨 𝙙𝙪 𝙩𝙚𝙨𝙩 :

J’ai testé ces chaussures sur 150km lors de trails et sorties pluvieuses et essentiellement boueuses, mêlant forêts, chemins, pierriers et routes, sur des distances allant jusqu'à 25 km.


𝙇𝙖 𝙘𝙝𝙖𝙪𝙨𝙨𝙪𝙧𝙚 :

La Cloudventure Waterproof reprend la technologie maison de la marque suisse, à savoir le système CloudTec®, sortes de tubes évidés collés sous la semelle, qui permettent, outre l'amortissement important, un retour d'énergie puissant. L’adhérence sur tout types de terrains est assurée par une semelle extérieure Missiongrip™ qui promet également une bonne résistance à l'abrasion.

Le mesh est très résistant et garde les pieds au sec car traité waterproof. La maille est très serrée et les coutures sont protégées par des inserts plastifiés étanches. L'eau ne passe vraiment pas. Attention, elles sont étanches, mais pas submersibles, il faut le savoir.

Pour terminer, la chaussure n'est pas ce qu'on pourrait appeler un poids plume avec ses 368g (taille 33) sur la balance, mais c'est certainement la contrepartie de son physique imposant. Physique qui permet également au pied de ne jamais être compressé dans la toebox : il y a de la place pour les orteils. Mes semelles orthopédiques s'y glissent sans souci et mon pied reste à l'aise. Les lacets sont inhabituellement fins mais très solides (à mon avis, il y a du kevlar dedans). Pour finir, le drop est de 6mm, assurant une belle polyvalence.


𝙈𝙤𝙣 𝙖𝙫𝙞𝙨 :

Une chaussure idéales pour la boue, car la taille des crampons est simplement gigantesque (15mm à certains endroits - attention aux graviers qui peuvent rester coincés dans la gouttière centrale de la semelle), et sa largeur permet une stabilité exemplaire sur terrain accidenté. La boue n'accroche jamais. La stabilité est là et sa relative rigidité sont plus que sécurisante dès que le terrain devient technique (impériale en descente sur n'importe quel type de terrain). Son confort est au top, sa rapprochant de celui d'une chaussure de route. Aucun frottement constaté nul-part.


Deux petites choses cependant qui m'ont gênées :

La première : La semelle extérieure assure une excellente adhérence quelle que soit la surface sur laquelle on évolue, excepté quand on doit passer sur des surfaces métalliques humides (plaques d'égout, rails de chemin de fer, ponts métalliques...) où là, elles se transforment en savonnettes, devenant même dangereuses si on ne fait pas attention. Plus d'une fois j'ai failli me retrouver par terre après avoir perdu l'équilibre...

La seconde chose, c'est leur rigidité qui, sur des portion de bitume, rendent la chaussure dure à l'amorti. Le CloudTec sur ces chaussures n'amortit pas autant que sur des chaussures de route. Après, là n'est pas non plus leur vocation. La chaussure à tendance à taper faisant remonter l'impact de façon un peu plus forte que sur terrain meuble.

Dernier point, même le lavage de la tige est aisé (certainement que le revêtement étanche y est pour quelque chose), les alvéoles de la semelle sont un clavaire à nettoyer : la boue s'insinue dedans et comme chaque cellule est agencée en forme de chicane, ça devient compliqué d'y glisser un objet fin pour y déloger les petits cailloux. Il me faut 20mn après chaque sortie pour les nettoyer, avec une brosse à dents et une petite tige en bois pour extraire les gravillons coincés... Un enfer pour les garder propre...


Mais pour le reste, quelles chaussures !

Pour qui ?

Pour les trailers aimant les condition de course compliquées (boue, neige, pluie)

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire