Avis Petzl Meteor 2020

20 avis Petzl Meteor.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,9/10

Parfait pour avoir envie de le mettre

Avis sélectionné
Profil du testeur : 37 ans | 1,70m | 64kg | Avancé | Servoz
Conditions du test : Neige, froid, vent, soleil, chaleur...
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés d'Outzer permettant à nos lecteurs de recevoir gratuitement (et de garder) du matériel de la part de meilleures marques afin de réaliser un test terrain détaillé. Cliquez ici pour participer vous aussi
Test Privé - Casque Petzl Meteor

Points forts

- poids
- aération
- il sait se faire oublier

Points faibles

- rien qui justifierait de ne pas l'avoir !

Présentation :

Outzer m'a permis d'essayer ce casque Petzl, marque que je connais bien pour les casques, car utilisateur habituel d'un Sirocco, que j'utilise en escalade, ski de randonnée, via ferrata...

La fiche technique l'annonce un peu plus lourd, 240g contre 170g, mais bénéficiant de la norme EN 1077, qui est celle correspondant au ski alpin. 

Pour le reste, les points sont comparables : norme ski de randonnée, fermeture aimantée, réglage précis (pour peu qu'on y accorde le temps nécessaire)...


Découverte :

Lors de la réception du casque, tout est bien emballé, dans un packaging habituel chez Petzl.

Bonne surprise en déballant le tout : il y a des mousses de rechange pour le tour de tête, et un petit sac de voyage pour le transporter.

L'esthétique est plaisante, je le reçois dans les couleurs gris mat et blanc, ça change du orange bien visible du Sirocco ancienne version !

Il y a la fermeture aimantée bien pratique, les sangles de réglages pour ajuster le casque sur la tête et les oreilles, et enfin une petite réglette crantée au niveau de la nuque, qui permet de rapidement serrer ou relâcher la tension sur la tête.

Le poids est contenu, un test pour vérifier que la taille est bien la bonne (M/L pour moi), les serrages font leur effet : il n'y a plus qu'à le mettre en situation !


Utilisation :

Le casque ayant été reçu mi-décembre, ça fait un petit moment qu'on ne grimpe plus dehors en haute-savoie, donc les tests débuteront avec le ski de randonnée !

J'ai toujours pris l'habitude de mettre mon casque en ski de randonnée, dès la sortie de la voiture. Le Meteor ne me fera pas déroger à cette règle.

Une fois posé sur la tête, réglage fait pour accepter le bonnet, c'est parti pour la montée d'abord, puis la descente.

Pas de coup de chaleur particulier en montant, que le rythme soit tranquille ou un peu plus engagé, il n'y a pas d'effet cocotte-minute, ce qui ne surprendra pas au vu des aérations dont le casque bénéficie.

Pour la descente, rien à réajuster, ça repart aussi sec, et quelque soit le terrain, croûté, raide, bosselé... le casque se fait oublier. Pas de vibrations particulières, pas de glissement d'un côté ou de l'autre, c'est parfait !

Si besoin, il y a les crochets et l'élastique qu'on retrouve également sur plusieurs casques chez Petzl, afin de positionner une lampe frontale, et s'assurer qu'elle ne bouge pas, ou au pire reste accrochée au casque si celle-ci devait tomber.

La saison avançant, la période de grimpe en extérieur a pu reprendre, ce qui a permis de mettre le Meteor à l'épreuve du rocher.

Plus de bonnet cette fois pour ajuster le casque, il faudra faire avec ce qui est disponible sur le casque pour que rien ne bouge.

Je reprends le temps de bien le régler (ce qui va vite avec l'habitude), serre la réglette de la nuque : en forçant avec les mains, il y a plus de mobilité qu'avec le bonnet, mais les points de serrage autour de la tête ne bougent pas, tous les voyants sont au vert pour attaquer le caillou.

Encore une fois, rien à redire. Il tient en place, le poids ne se fait pas sentir, et l'aération est plus que suffisante : aucun mal à le garder sur la tête au soleil malgré des températures approchant les 30°.

Hormis de grimper avec le coup du bélier pour tenter une adhérence du casque, il n'entravera aucunement la progression, voire la soutiendra par le fait de se sentir en sécurité pour protéger d'une chute, qu'elle soit du grimpeur, d'un caillou ou d'une dégaine lâché par un grimpeur en aval (pour la grande voie).


Bilan :

Au final, le Meteor est un casque très bien fait, qui ne trouve aucune excuse pour ne pas le porter !

Comparé au Sirocco, je dirais que ce dernier ce fait complètement oublier tout de suite, alors que la présence du Meteor se fait sentir au moment où on le met, l'oubli venant ensuite, au bout de quelques secondes.

Il n'y a donc (et c'est déjà le cas depuis quelques années) aucune raison de ne pas ajouter le Meteor à l'arsenal de sécurité du randonneur à ski ou du grimpeur, car il ne gêne en rien le plaisir de ces activités, mais participe grandement à vous éviter ce qui serait des catastrophes, dépourvu de cet appendice.

Pour qui ?

Tout le monde, quelque soit le niveau d'engagement, l'activité ou l'excuse : un casque sauve bien des situations !

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire