Alpinisme : bien choisir ses crampons
2000*1045px

Alpinisme : bien choisir ses crampons

Pas facile de s'y retrouver parmi les différents modèles du marché ? Laissez vous guider !
Texte alexandre michel-pangot
Pas facile de s'y retrouver parmi les différents modèles du marché ? Laissez vous guider !
Texte alexandre michel-pangot
.

Nous avons analysé les différentes caractéristiques des modèles de crampons pour vous permettre de trouver le modèle qui correspond à votre pratique !

Jusqu'au XXème siècle, les alpinistes progressaient en terrain glaciaire en taillant des marches dans la glace à grand coups de piolets. En 1908, l'alpiniste anglais Oscar Eckenstein invente le premier modèle de crampons modernes, qui permet de progresser sans taille de marche, et de façon plus sûre. Cette invention, bien que largement démocratisée aujourd'hui, n'est pas accueillie par le communauté des montagnards avec l'entrain que l'on pourrait imaginer. Il fut en effet considéré "anti-sportif" de s'attaquer à la montagne ainsi chaussé de ce modèle 10 pointes. Mais les nouvelles ouvertures rendues possibles par les crampons permettront finalement leur adoption, et c'est en 1929 que Laurent Grivel y ajoute deux pointes frontales pour donner naissance au modèle 12 pointes, couramment utilisé aujourd'hui. Ces deux pointes frontales permettent d'évoluer de la méthode "pieds à plats", vers la méthode frontale, c'est à dire en plantant le pied de face dans la pente.

L'invention des crampons a permis le développement d'activités de plus en plus techniques : goulotte, cascade de glace, dry tooling, et les fabricants ont accompagné cette évolution en segmentant le marché pour proposer des produits dédiés à chaque pratique. Certains types sont assez exclusifs, et si vous voulez investir, mieux vaut savoir quelles seront les avantages, mais aussi les limites des différents modèles, afin de choisir le ou les modèles qui correspondent à votre pratique.

Les matériaux

Les crampons que l'on rencontre actuellement sur le marché sont généralement constitués soit d'acier, soit d'aluminium : 
  • Acier : C'est le matériau le plus couramment utilisé : très résistant, il est réalisé dans un alliage au chrome molybdène, également utilisé pour la réalisation de blindage. Des traces de rouilles peuvent apparaître après utilisation, mais elles disparaissent en général dès la sortie suivante, et ne sont pas dommageables pour le crampon.
  • Acier inoxydable : Utilisé par Black Diamond pour ses modèles de crampons, ce matériau permet de limiter la rouille, ainsi que l'accroche dans la neige.
  • Aluminium : Plus légers que les modèles aciers (390g la paire environ selon les modèles), mais également moins résistants, les modèles en alu se destinent plutôt à une pratique ski de randonnée, où finalement, les crampons resteront dans le sac la majeure partie de la course. Parfaits pour remonter un couloir de neige dure, ils trouveront vite leurs limites sur la glace ou en terrain rocheux/mixte. Certains modèles hybrides proposent des pointes avants en acier, ou un bloc avant complet en acier, relié à un bloc arrière en alu pour proposer un produit allégé utilisable en terrain technique.

Systèmes d'attache

Les modèles de crampons d'alpinisme se fixent généralement selon 3 systèmes différents : lanières, semi automatiques, et automatiques. Il faut bien prendre soin de vérifier que le modèle de chaussure que l'on utilise est compatible avec le type de crampons choisi : les systèmes suivants sont présentés du moins au plus exclusif en termes de compatibilité. Certains fabricants commercialisent, avec les crampons, ou séparément, les accessoires qui permettent de passer d'un mode à l'autre afin de les rendre compatibles avec le plus de types de chaussure différents.

  • Lanières : Ils s'adaptent à tout type de chaussure (sous réserve d'avoir un minimum de rigidité pour éviter de perdre le crampon), de la chaussure de randonnée à la boots de splitboard. Ils sont à réserver pour des randonnée glaciaires ou terrain enneigé peu technique. Pour les activités, qui requièrent davantage de précision dans le placement de pied, mieux vaut opter pour un modèle plus technique qui offrira un meilleur maintien.
  • Semi automatiques : Ils s'adaptent aux modèles de chaussures qui présentent au moins un débord arrière. Ils conviennent donc aux chaussures d'alpinisme dîtes "estivales", qui ont une semelle suffisamment rigide pour accueillir ce type de crampons. Ces modèles présentent une talonnière qui vient se verrouiller sur le débord arrière de la chaussure, et une pièce de caoutchouc à l'avant qui permet le passage de la sangle pour le serrage. Ils s'adaptent également sur les chaussures ayant un débord avant, comme les chaussures hivernales, ou les chaussures de ski. Ils permettent une utilisation en terrain technique type goulotte, voire même cascade de glace si l'on ne possède pas de chaussures hivernales.
  • Automatiques : Ces modèles permettent un maintien encore plus efficaces que les modèles semi automatiques. Ils s'adaptent sur les chaussure qui présentent un débord avant et un débord arrière : type chaussures hivernales, ou chaussures de ski. La liaison avec la chaussure est réalisée par une talonnière à l'arrière, et un étrier à l'avant qui vient s'ajuster sur le débord avant de la chaussure. Ce sont les modèles les plus exclusifs car ils s'adaptent sur des modèles de chaussures spécifiques, et s'adressent à des activités très techniques comme la cascade de glace ou le mixte technique.

Les pointes

Selon qu'ils s'adressent plutôt à du terrain technique ou à de la randonnée glaciaire, les modèles de crampons présentent différents types de pointes : plates ou en longues, et leur nombre vaire lui aussi généralement entre 10 et 12. 

Nombre de pointes :

  • Les modèles 10 pointes : Ils s'adressent généralement à du terrain facile et peu technique : idéales pour une utilisation en ski de randonnée par exemple où l'on fera l'économie du poids d'un modèle 12 pointes (pèsent généralement moins de 800g la paire). 
  • Les modèles 12 pointes : Plus lourds (900g la paire environ), mais aussi plus techniques, c'est le modèle classique polyvalent qui permet d'aborder des terrains relativement techniques.
  • Les modèles 11 pointes : Ce sont des modèles monopointe : une seule pointe avant au lieu de deux. Ces modèles sont destinées à une utilisation en terrain technique type cascade de glace, goulotte ou dry tooling et permettent d'adopter une gestuelle qui se rapproche de celle de l'escalade, avec prise de carres externes et lolottes. Ils permettent de moins éclater la glace lors de la pose de pieds, et donc d'aborder des structures plus fragiles et techniques : on peut par exemple replacer son pied dans le trou créé par la lame du piolet.

Type de pointes :

  • Les pointes plates : Elles sont présentes sur les modèles de crampons dits "classiques" et offrent une bonne portance sur neige
  • Les pointes longues : Comme leur nom l'indique, elles sont plus longues et offrent une meilleure pénétration en glace. C'est ce type de pointe que l'on utilise en monopointe. De plus, elles sont généralement crantées et permettent un meilleur ancrage.

Système de liaison

Le système de liaison désigne le dispositif prévu pour relier le bloc avant au bloc arrière, et régler la longueur du crampon en fonction de celle de la semelle de la chaussure :

  • Barrette en acier C'est le système le plus couramment utilisé, il permet un ajustement relativement précis selon la taille de la chaussure. Il confère également une bonne rigidité à l'ensemble et évite que le crampon ne se désolidarise de la chaussure.
  • Cordelette ou sangle souple : Système présent sur les crampons allégés, en aluminium ou modèles hybrides (pointes acier et bloc arrière alu). Ce système permet d'alléger l'ensemble, mais également de replier le bloc avant sur le bloc arrière pour un encombrement minimal dans le sac à dos. En revanche, la cordelette ou la sangle possède une durabilité moindre que la barrette en acier, et la rigidité apportée par la liaison est également moins importante : il est donc essentiel de trouver le réglage le plus ajusté possible.

Antibottes

Afin d'éviter la formation d'une accumulation de neige sous les crampons, qui limiterait la pénétration des pointes dans la neige ou la glace, et augmenterait le risque de glissade, certains modèles sont équipés d'antibottes, sorte de plaque de plastique bombée et souple placée sous le crampon. C'est la déformation du plastique qui empêche la formation du sabot de neige. 

On espère que ces conseils auront permis de vous éclairer, à vous maintenant de bien définir votre pratique et identifier vos besoins, afin de vous tourner vers le ou les modèles qui correspondent à votre profil !

3 commentaires

yrlab
Statut : Gourou
inscrit le 28/08/17
Activités : 34 avisMatos : 4 avisPhotos : 6 photos du jour
Article qui est bien clair et synthétique à dupliquer sur Skipass ! Ça va m'aider pour renouveler mes vieux crabes 100% acier. Un prochain article sur les piolets serait top!

Connectez-vous pour laisser un commentaire

AlexOutzer

inscrit le 07/03/19

Staff depuis le 14/03/19
Hello yrlab ! Un article sur les piolets est paru il y a quelques temps déjà : https://www.outzer.fr/news/2517-choisir-son-piolet.html

Il est toujours bien d'actualité, j'espère qu'il saura t'être utile. Au plaisir d'échanger sur les forums si besoin !
yrlab
Statut : Gourou
inscrit le 28/08/17
Activités : 34 avisMatos : 4 avisPhotos : 6 photos du jour
Je viens de lire l'article que j'avais loupé et oui bien utile car je suis parti sur le Literide de Petzl qui convient parfaitement pour les rando. à ski !
0

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire