Avis Valandre Swing 500 2018

1 avis Valandre Swing 500.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
@lex63

Un vrai compagnon de bivouac

Avis sélectionné
Profil du testeur : 32 ans | 1,80m | 70kg | Expert | Beaufort
Acheté : 320€ en magasin
Conditions du test : De + 10°C à -2°C environ, trek, alpinisme, bivouac

Points forts

Chaleur, finition

Points faibles

Contact du tissus avec la peau désagréable

Présentation

Dans la série bivouac, le sac de couchage. C’est bien lui qui vous permettra de passer une bonne nuit ou pas. En effet, dormir quand on grelotte ne marche pas. Bien dormir quand on a trop chaud n’est pas gagné non plus. Et puis, plus c’est chaud, plus c’est lourd. Attention donc au choix du sac de couchage.

Valandré est une référence dans la plume et les sacs de couchage. Avec le Swing 500, on a entre les mains un produit haut de gamme, d’une finition irréprochable, c’est franchement la classe ! A noter, qu’il s’appelle maintenant Swing 500 Neo mais ne semble pas avoir été franchement modifié.

Il est fournit avec un sac de rangement large en tissus pour le stocker sans écraser les plumes. Le sac de compression, permet de le faire tenir dans un espace que l'on attendrait un peu plus réduit, pour le ranger dans le sac. Niveau poids, on est à presque 1 kg tout rond, ce qui est dans la norme pour cette gamme de sacs.

Quelle utilisation?

Le swing 500 se classe dans les duvets 3 saisons avec une température de confort à 0°C et une limite confort à -5 °C. On peut retrouver sur le site de la marque les conditions des tests qui ont permis de définir ces limites. Intéressant mais il faut parler espagnol...et oui Valandré est basé dans les Pyrénées, pas très loin de la frontière. Il est conçu avec un zip 3/4 qui descend ou qui monte, une collerette avec élastiques et une capuche, réglable aussi par des élastiques.

J’ai utilisé ce sac de couchage en trek de 3 à 15 jours en tente et en intérieur (lodges au Népal), ou en bivouac en alpinisme, souvent à la belle étoile. Sans pouvoir annoncer une température mini à laquelle j’ai dormis (probablement autour de -2 °C), je n’ai jamais eu froid. Pour peu que l’on enfile une doudoune en dessous, on peut certainement s’exposer sous la limite confort de -5 °C.

La collerette et la capuche permettent de garder la chaleur dans le duvet, ce qui est très appréciable.

Il faut tout de même se méfier de l’humidité, la plume n’aime pas trop, mais tant que ce n’est que la rosée ça tient. Ceux qui dorment exclusivement dehors se tourneront peut être vers du synthétique, encore que...

Il est par contre moins confortable quand il fait un peu chaud. Le tissus sur la peau n’est pas agréable sur la peau. Mieux vaut enfiler un short et un t-shirt ou ne pas l’utiliser au dessus de 10 °C car ça chauffe rapidement.

A propos de la taille, on est un peu serré au pieds, mais cela se justifie pour préserver la chaleur au maximum.

A l'usage

Enfin, au niveau de l’usure, rien à signaler, à noter que je n’ai jamais lavé mon duvet afin de le préserver. Le duvet n’a pas perdu en gonflage et il n’y a pas d’accros sur le tissus. Valandré propose (moyennant finances) un regarnissage et des réparations si besoin.

En résumé, un très beau produit, haut de gamme, qui se prête aussi bien au bivouac qu’au camping ou à toute utilisation pendant la belle saison. A n’utiliser que si les températures ne sont pas trop élevées.

Pour qui ?

Pour une utilisation entre - 10° et +10°

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire