Avis Kinetik PLATINIUM Carbon AERO 2019

Déposez votre avis.

Légers -compacts-fiables

Avis sélectionné
Profil du testeur : 53 ans | 1,70m | 62kg | Avancé | Bouillargues
Acheté : 140€ en ligne
Conditions du test : Ventoux 32 - 2100 D+ FROID-NEIGE -VENT

l'approche d'un TRAIL de 60 KM m'a décidé à faire le pas sur l'achat d'une paire de bâtons..

Je viens de les utiliser pour la première fois sur une sortie hivernale sur le mont Ventoux, ils m'ont bien aidé à monter c'est sûr , mais ils ont aussi de très grand secours sur les portions techniques et enneigées de la face nord....  Je n'avais pas prévu de rencontrer ces conditions difficiles et sans eux , je pense que j’aurai par prudence fait demi-tour !

KINETIK adrédaline est une marque française, et j'avoue être assez sensible à leurs choix esthétiques..J'ai acheté deux trois fringues en solde qui sont d'excellentes qualité et avec un look..Mais c'est une autre histoire !!!

Les traileurs par ici, autours de Nîmes  en Cévennes et garrigues utilisent peu les bâtons, pour trois raisons à mon avis:

-  la première c'est qu'il n'y a guère que deux côtes  de 10km consécutifs par ici, l'Aigoual et le Ventoux, et que sortir les bâtons pour des côtes de 3 - 5 kms ...C'est comment dire???, inutile à mes yeux!

-  que les monotraces sont souvent très végétalisées et les bâtons s'accrochent partout 

- et en suite les cailloux sont très présents dans la région, et de ce que j'ai pu en voir l'utilisation des bâtons sur les rochers et dans les clapas n'est pas des plus confortable !!!


Le look :

J'aime ! => Jaune - rouge - et noir (carbone) !

Les matériaux :

Poignée mousse

Brins carbone - embouts de brins aluminium - lien de maintien de la jonction en plastique- pointe en tungstène (j'ai pas vérifié)

Sangles en tissus respirant, dixit le fabriquant! 

La présentation :

Ce sont des bâtons quoi !!! mais je dois avouer qu'au déballage ça respire la qualité, et le look est dynamique, on appréciera le petit lien élastique qui maintien les trois brins en position plié. Cependant, celui-ci aurait pu être en tissus en lieu et place d'un "vulgaire" auto-collant plastifié qui ne durera surement pas la vie des rats....

Le Dépliage :

On dégrafe, on lâche, on s’appuie sur le bâton et c'est fini ! Enfin ça c'est la théorie , parce-que en réalité, on peut être amené à mettre les brins dans l'axe, pas à chaque fois, mais ça peut arriver...Mais bon, je sais pas pour vous , mais moi je m'arrête de courir , je marche , voire je fais une pose pour déplier mes bâtons..

L'utilisation :

Ici point de gantelé d'une célèbre marque concurrente, on enfile donc les sangles de manière classique en passant par dessous puis en empoignant la poignée. La partie étroite de la sangle vient alors enserrer naturellement le pouce, du coup à mon avis pour un confort optimal il y a un bâton droit et un gauche, mais rien pour les distinguer...

La partie plus large de la poignée se place sur le dos de la main sans jamais faire de plis et se fait oublier..

Les conditions du test ne m'ont pas permis de tester la respirabilité des poignées..zéro à 4°, vent à 100 Km/h je n'ai jamais eu chaud aux mains !!!

Les sangles sont un peu volumineuses, donc quand j'ai gardé les bâtons en main pour courir sans les plier, j'ai mis les pointes en avant et les poignées derrière, j'en avais marre d'avoir ces deux machins qui se balançaient dans mon champ de vision ( sans doute un avantage des modèles avec gantelés)..


Les poignées en mousse ne glissent, je portais des gants, donc je ne peux rien dire sur le confort mains nues...

Pour le reste ce sont des bâtons, tu plantes et tu pousses , tu plantes et tu pousses, tu plantes et tu pousses...

Le pliage :

Pareil que pour le dépliage, je marche ou je m'arrête...par contre avec les doigts gelés et les gants , je n'ai pas réussi à presser suffisamment les "bloqueurs". J'ai d'abord pensé que c'était le plastique qui avait perdu son élasticité à cause du froid, mais en quittant les gants lors d'une pose à l'abri , l'opération a été réalisée sans difficulté.

En suite, un petit élastique vient maintenir les trois brins en place, j'ai déjà signalé qu'un bout de tissus ou un petit caoutchouc tout sauf un autocollant pour aider à saisir cet élastique, aurait été préférable !


Au final :

 Ma première motivation je l'ai dit, c'est de voir si les bâtons me permettaient d'économiser un peu d'énergie dans les longues ascension. Mission accomplie, surtout si le terrain est glissant , les appuis supplémentaires sont les bienvenus et évitent quelques décrochages intempestifs et épuisants !

En suite , les conditions "particulières" et imprévues de la sortie de ce test, les ont rendus indispensables. Trés sérieusement , je ne me serai pas engagé dans certains passages si je n'avais pas eu le et/ou les deux points d'appuis supplémentaires fournis par le bâtons, alors que je les fais sans me poser de question avec leur aide !

Les bémols :

Je ne connais pas la solution technique utilisée par les autres marques ou sur d'autres modèles, mais l'utilisation de la déformation d'un pièce en plastique pour verrouiller les brins est à mon avis le point faible; Non pas dans la fonction qui est parfaitement remplie, mais dans le temps, j'ai peur que élasticité diminue et de toute façon le plastique n'est pas un matériaux aux capacités mécaniques éternelles, les ennuis commenceront surement par là, reste à savoir dans combien de temps...

Et puis le détail qui tue , mais pourquoi un autocollant pour attraper l'élastic , pourquoi ? alors qu'un bout de tissus aux couleurs de KINETIK  aurait été tellement plus fun !!!!


Rassurant, le constructeur garanti deux ans son matériel et annonce que les pièces sont interchangeables en cas de casse!

Tu casses un brin , tu changes pas de bâton , on te change le brin cassé !!!


Bonnes randos à vous !!

Le lien sur la trace STRAVA du test !



Pour qui ?

traileurs montagne
9/10

Points forts

Légers - fiables -Fabrication Française

Points faibles

piéces en Plastique ?

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire