Avis Saucony Xodus iso 3 2018

2 avis Saucony Xodus iso 3.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
théonino

La pantoufle de trail court et moyen est la! Mais son amorti est son adhérence vous porteront plus loin que le salon!

Avis sélectionné
Profil du testeur : 29 ans | 1,83m | 75kg | Avancé | Grasse
Acheté : 160€ en ligne
Conditions du test : Testé sur un peu toutes les conditions, mais principalement sur des sorties entre 15 et 50km avec des dénivelés de 600 à 3000m D+, principalement dans les Alpes Maritimes et dans le Mercantour. Chemins cassants, routes forestières, éboulis, sous bois, pentes poussiéreuses, neige.

Pratiquant de trail principalement courts à moyens, j’ai évolué vers une paire de Saucony Xodus Iso 3 après avoir éprouvé la deuxième version du même modèle de chez Saucony. Je cours avec depuis maintenant 400km, sur tout type de terrain principalement dans les Alpes-Maritimes (course d’approche sur goudron, chemins forestiers caillouteux, single-tracks en sous bois et haute montagne, éboulis rocheux, neige).

Chaussant du 44 en chaussure de ville, j’avais opté pour du 46 pour la Xodus iso 2 pour éviter les ongles bleus en descente. Avec la version Xodus iso 3, j’ai eu la sensation qu’ils avaient allongé l’intérieur de la chaussure et j’ai opté pour une pointure 45. La paire atteint alors 840g.

Aspect visuel : le modèle utilisé est relativement sobre car principalement noir à l’exception de la semelle, du logo et des lacets oranges. En y regardant de plus près, les nombreuses découpes de plastique lui donnent un aspect futuriste intéressant.

Confort : le modèle a évolué par rapport à la seconde version et présente un chausson. L’entrée du pied se fait aisément : pas besoin de forcer pour la chausser. Une fois à l’intérieur, on a vraiment l’impression de porter des pantoufles. Le col du chausson n’est pas trop serré, et le volume chaussant sur l’avant du pied est assez large pour être agréable. Le chausson n’apporte pas forcément de valeur ajoutée. Il n’est pas très montant et permet une légère réduction de l’entrée des petites pierres au niveau du laçage, mais n’apporte pas de changement au niveau de la cheville. Pour moi, le confort est très bon et je n’ai à aucun moment ressenti de point de pression ou friction localisée sur un point particulier de la chaussure.

Accroche : l’accroche est vraiment excellente, la taille imposante des sculptures y est pour beaucoup. Sous l’avant du pied, la structure est dessinée en chevrons et permet une excellent accroche dans les phases de montées bien raides recouvertes de terre et de cailloux roulants. C’est un véritable point positif dans ces moments ou tout le poids du corps est centralisé sur l’avant du pied et ou les dérapages risquent d’arriver. Ces « crampons » de 6mm débordent également sur les côtés de la chaussure et permettent une propulsion latérale lors de phases de rattrapages et de relances sur des changements de direction rapides. La chaussure s’offre même le luxe d’accrocher correctement dans la neige (qui n’a pas encore gelé) et la gomme tient relativement bien sur les rochers secs même fortement inclinés. Toujours pas de miracle pour les racines et les pierres lisses humides ou la chaussure ne présente qu’une faible adhérence.

Solidité : Après 400km, dont certains courus sur des terrains très abrasifs (pierriers du Mercantour), aucun crampon ne s’est fendu ou arraché sous la chaussure et l’amorti reste toujours aussi agréable. Contrairement à certains modèles majoritairement recouverts de mesh, la Xodus est recouverte d’une couche renforcée au niveau des orteils (Toe Shell). Cette protection est bienvenue pour protéger les orteils contre les petits chocs lors des rencontres avec les cailloux, mais également pour protéger la chaussure elle-même car ce renfort est plus résistant que le mesh classique. La semelle intérieure en Everun ne montre pas d’usure marquée, contrairement à la partie intérieure verticale au niveau du talon. Cette usure est peut être engendrée par des frottements plus marqués lors du chaussage, du fait qu’ayant affaire à un chausson, le talon frotte plus lors de l’entrée. A voir comment cela évoluera, mais la zone de collage de la semelle extérieure au niveau de la pointe de la chaussure semble moins robuste que sur le modèle précédent.

Maintien : Pour moi, un des points forts de ces chaussures. Le maintien est exceptionnel au niveau du bloc cheville/talon : rien ne bouge sans rien sacrifier au confort par un serrage trop marqué grâce au « support frame ». Le revers de la médaille est que cette technologie contribue au poids important de ces chaussures. Toutefois, le sentiment de sécurité apporté par ce maintien pourra séduire des coureurs aux chevilles fragiles. Le reste du pied est bien tenu par un système de laçage efficace recouvrant bien l’ensemble du pied (un peu moins l’avant, ce qui peut être problématique pour les pieds fins, vu le grand volume chaussant sur l’avant du pied). En double nœud, les lacets ne se défont pas et leur longueur leur permet de ne pas trainer sur le sol.

Stabilité : La stabilité et très bonne, la chaussure est bien équilibrée, et la stabilité est là en toutes conditions grâce au dessin de la semelle extérieure dont les crampons débordent sur les côtés.

Imperméabilité : L’imperméabilité n’est clairement pas le point fort de cette chaussure. La structure en mesh conduit rapidement l’eau de pluie ou la rosée des herbes à l’intérieur de votre chaussure par capillarité. Pour une protection efficace, il faudra se tourner vers la Xodus Iso 2 GTX (testée et approuvée).

Respirabilité : Si le mesh rend la chaussure sensible à l’eau, il permet, en contrepartie, une très bonne respirabilité du pied. La transpiration s’évacue aisément, et la chaussure ne présente pas de mauvaises odeurs malgré des utilisations répétées.

Précision : La précision reste très appréciable grâce aux crampons extérieurs qui permettent de poser et tenir ses appuis de façon précise. La semelle intérieure ne bouge pas, et le pied non plus avec le support frame. Attention toutefois, en descente, si vous avez opté pour une paire avec une ou deux pointures supplémentaires, le pied risque de glisser un peu vers l’avant, mais ça n’est pas un problème de chaussure.

Amorti : L’amorti est un point fort de cette chaussure et contribue largement à son grand confort qui fait qu’au final, son poids marqué se fait oublier. La technologie Everun a été utilisée ici, et permet un excellent couple amorti/relance appréciable pour les genoux et le dos. Les phases de descentes mixtes course/saut dans des éboulis raides ne posent pas de problèmes à l’amorti et permettent l’enchainement rapide de la descente.


Pour qui ?

Chaussure principalement orientée pour des coureurs expérimentés ayant l’habitude de sorties courtes à moyennes, cherchant une chaussure très confortable, avec un excellent amorti et des crampons permettant un maximum d’accroche sur tous les terrains. Si vous voulez jouer en sécurité, cette chaussure est faite pour vous. Si vous débutez, son poids et son faible drop de 4mm pourront être rédhibitoires.
9/10
Confort
Accroche
Solidité
Maintien
Stabilité
Amorti

Points forts

confort au rendez-vous par le chausson et l’amorti
sensation de sécurité grâce au support frame
excellente accroche

Points faibles

surement trop lourde pour les ultras trails
avant de la chaussure plus fragile au niveau du collage
pas de réflecteurs (en même temps, son programme n’est pas la route)

Tests privés

Recevoir gratuitement du matériel à tester (et garder), ça vous intéresse ? Les Tests Privés sont là pour vous ! Nous vous expliquons tout ici.

commentaires

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire