Avis Petzl Fly 2020

4 avis Petzl Fly.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 9,5/10
yrlab

I believe i can...

Avis sélectionné
Profil du testeur : 42 ans | 1,90m | 85kg | Avancé
Acheté : 90€ en magasin
Conditions du test : Ski de randonnée, alpinisme, voies d’escalade

Points forts

Poids, taillant, ergonomie, faible encombrement, confort agréable

Points faibles

Porte-matériels un peu fins et fixes, tendance à vriller dans le rangement, prix

Ma pratique du ski de randonnée et de l’alpinisme devenant croissante au fil des saisons, je souhaitais trouver un harnais léger et surtout enfilable pieds au sol. J’avais bien sûr un harnais d’escalade mais assez basique et donc volumineux et relativement lourd face aux baudriers d’alpinisme légers actuels.

Je connaissais le précédent modèle Altitude de Petzl qui était déjà bien pensé et puis lorsque ce modèle Fly a vu le jour, je n’ai pas hésité très longtemps pour investir dans ce matériel ultra-léger et a priori efficace.


Caractéristiques/spécifications :

  • Construction innovante sans boucle (Brevet Petzl). Les tours de cuisse sont ajustables par une tête d'alouette,
  • Technologie FUSEFRAME avec mousses amovibles permettant d'adapter le confort du harnais 
  • 2 porte-matériel et 4 boucles pour le transport et l’organisation de l’équipement 
  • Passants avec intérieur siliconé sur chaque tour de cuisse pour maintenir une broche à glace
  • Points d'attache, sangles et porte-matériel renforcés en polyéthylène haute ténacité (PEHD) pour une résistance accrue à l'abrasion et aux frottements.
  • 3 tailles disponibles : S, M et L me concernant
  • Tour de taille : 86-96 cm; tour de cuisse : 54-60 cm
  • Poids avec mousses (140 g) et sans mousses (110 g)
  • Garantie 3 ans
  • Harnais livré dans une pochette de transport et de protection


Mon expérience :

Quand on découvre le produit, on est forcément surpris par la taille de la housse de rangement tenant dans une main et pesant très peu. Quand on voit le harnais plié, on a l’impression d’avoir un kit de sangle et cordelettes mais pas un baudrier destiné à l’alpimisme.

Mise en place-fitting

On déroule l’escargot et on se retrouve avec tous les ingrédients essentiels d’un harnais mais simplement avec une ceinture et des tours de cuisse ouverts. Quel que soit l’endroit où on se trouve et les chaussures portées (randonnée, ski…), l’installation peut se faire en quelques minutes et surtout en gardant les pieds sur le plancher des vaches !

La première étape concerne la ceinture : on la relie d’un bout à l’autre en passant le pion noir dans la boucle noir. Il suffit alors de tirer sur la sanglette élastique (façon téléphone du 20ème siècle) et de bien ajuster le pion noir pour avoir une ceinture suffisamment serrée. On s’occupe ensuite des tours de cuisses en faisant attention que rien ne soit vrillé. On passe la cordelette à nœuds dans la ganse noire jusqu’à un ajustage suffisant autour du cuissot (cf schéma instructions/recommandations). En mode hiver, avec des gants assez fins, on y arrive mais faut pas plus gros. La sangle étant tellement fine au niveau de l’aine, que le harnais a un peu tendance à s’emmêler. Il faut donc faire preuve de méticulosité pour ranger le précieux !

Une fois les attaches faites, on a l’impression de ne rien porter. J’ai une taille fine de moins de 90 cm et la taille L convient parfaitement pour ce qui est de la ceinture et des tours de cuisse.


En pratique et en confort

Après avoir relié les deux pontets centraux avec un mousqueton et son outil d’assurage mousqueton (cf schéma, pontets écartés maximum de 2 cm), il ne reste plus qu’à garnir les porte-matériels qui sont très fins et donc souples. J’aurai préféré une cordelette un peu plus rigide pour faciliter les manipulations. On a moins d’aisance à comparer d’un harnais d’escalade doté de sangle plus rigides et épaisses. Il est dommage de ne pas pouvoir déplacer les porte-matériel sur la ceinture. On peut les charger de 5 kg au maximum. N’ayant pas de broches à glace, je n’ai pas testé les passants présents sur les tours de cuisse mais ils semblent bien costauds.

Le positionnement du baudrier plutôt « taille basse » s’accorde parfaitement avec une veste de ski ou d’alpinisme : on n’est pas gêné pour accéder aux poches de la veste : au top au niveau du taillant et de l’ergonomie.

J’ai fait des descentes en rappel de 25 mètres avec et le confort général est agréable dans l’ensemble : on ne sent pas d’effet de cisaillement, la charge est bien répartie. On ne resterait pas pendu plein gaz pendant une heure dedans mais pour des rappels qui ne durent pas trop c’est parfait. Ne cherchant pas à gagner 30 g, je n’ai pas testé en enlevant les mousses des tours de cuisses (mini housse de transport livrée avec). Le harnais est déjà tellement léger que je n’ai pas d’intérêt à le déplumer !

Quand on a plus besoin de le porter, il s’enlève très facilement et se range dans sa poche : il prend ainsi un encombrement minimal dans le sac à dos et c’est génial !


Sécurité et confiance

Au premier essai, on s’interroge bien sur le serrage et le blocage effectif de la ceinture et des tours de cuisse. Une fois revérifié, on se lance comme avec un harnais d’escalade et on oublie le Fly. Durant le rappel, on observe quand même un peu les deux pontets réunis : ils ne sont pas aussi épais que d’habitude… Au bout de quelques descentes, je me suis senti totalement en confiance dans ce baudrier ultra-light comme avec tous les équipements Petzl que je possède.


Quality-Price

A 100 euros, le produit n’est pas donné au vu du nombre de gramme mais en même temps tous les matériels de montagne ont souvent un budget inversement proportionnel à leur poids. A ce jour, après des utilisations variées, je ne déplore aucune trace d’usures. Dans le temps, le point faible sera peut-être les élastiques reliant cuisses et ceintures.


Verdict !?

Petzl signe un tout bon dernier modèle de harnais pour les expérimentés de la montagne. Pour le ski de randonnée ou l’alpinisme, sa légèreté et sa facilité de mise en place pied au sol sont ses deux atouts majeurs. D’un confort respectable au vu de son poids, ce sont les porte-matériels qui pourrait être améliorés pour plus praticité.





Pour qui ?

Pratiquants de ski de randonnée et d’alpinisme ou de pyrénéisme !

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire