Avis Black Diamond Camalot C4 2019

3 avis Black Diamond Camalot C4.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 9,7/10
@lex63

Une valeur sûre pour vous accompagner en montagne

Avis sélectionné
Profil du testeur : 32 ans | 1,80m | 70kg | Expert | Beaufort
Acheté : 515€ en magasin
Conditions du test : Alpinisme estival et hivernal, grande voie terrain d'aventure

Points forts

Poids, finition

Points faibles

Aucun

Présentation

Pour tous les amateurs de terrain d’aventure et d’alpinisme, on ne présente plus les Friends Black Diamond qui sont une référence dans le domaine. En début d’été dernier, j’ai fait l’acquisition d’un jeu de Camalots C4, tout simplement parce que c’est une valeur sûre. Ayant utilisé les versions antérieures, j’ai pu apprécier l’évolution. Ils ne feront pas de vous un meilleur grimpeur pour autant !

J’ai opté pour un jeu du 0,3 au 3, ce qui permet de faire déjà beaucoup de choses, surtout en complétant avec le jeu du copain. Je l’ai utilisé l’été et l’hiver en goulottes.

Rapport prix/poids

Petit point sur la balance : J’ai pas mal hésité entre un jeu de Camalot Ultra Light et le C4 pour lequel j’ai finalement opté. Notons que la taille 0,3 n’existe pas en Ultra Light, l’intérêt étant sans doute limité. Après comparatif, un jeu du 0,3 au 3 en C4 pèse 802 g contre 688 g en light, soit 114 g de différence. Il en coûte aussi 515 € contre 665 € en ultra light, soit 150 € de différence. A mon sens, pour de l’alpinisme en terrain montagne où l’on emmène 3-4 Friends, aucun intérêt de prendre du light sauf pour satisfaire son envie d’avoir le top du matos (ce qui est parfaitement légitime). L’intérêt du jeu Ultra Light, c’est quand on commence à porter 2 jeux complets de Friends et qu’on a tout le reste du matos en light. Au bout du compte on peut y gagner en confort. J’ai choisi le jeu classique, qui notons le est déjà du beau matériel! En effet, la finition est très soignée et c’est une très belle pièce que l’on a entre les mains.

Quelles évolutions?

Le Camalot C4 est très agréable à manipuler, mais il n’y a pas non plus de révolution par rapport à la génération précédente. La différence se porte sur le poids notamment, qui a été réduits de 10 % (d’après Black Diamond, je n’ai pas vérifié). La barrette de déclenchement a été élargie pour une meilleur manipulation. Comme on est pas sensé poser un Friend au fond de la fissure, cela ne gène pas… Enfin le design des sangles permet une meilleur identification des tailles au baudrier. Pour autant, j’ai monté tous mes Friends sur des mousquetons light Edelrid correspondant à la bonne couleur afin de trouver ce qu’il me faut tout de suite au baudrier. La grosse évolution c’est la possibilité de bloquer le Friend en position rétractée au portage, sur les tailles à partir de 4, mais cela ne concerne pas ce test puisque le plus gros que j’ai est un n°3.

A l'usage

Le Camalot C4 est très fluide dans sa manipulation, il s’ouvre facilement sans avoir besoin de serrer comme une brute et il inspire confiance. La longueur de sangle est bonne même si il faut souvent rallonger dès que l’on quitte l’axe du relais. Mais pas le choix de faire plus long sous peine d’avoir les Friends aux chevilles sur le baudrier. Les cablettes semblent robustes, à voir dans le temps si elles se tordent ou pas et viennent accrocher la came, ce qui était un peu le défaut des anciennes générations à la longue. Je n’ai pas testé la chute sur le nouveau Camalot C4, mais il n’y a pas de raison que cela change par rapport aux anciens.

Au final, un produit bien connu, quelques peu revisité mais qui reste un référence. Difficile d’être déçu par le Camalot C4. C’est un bel objet, facile d’utilisation, et qui inspire confiance.

Pour qui ?

A tous les amateurs de terrain d'aventure

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire