Comment choisir un sac de trail
2000*1045px

Comment choisir un sac de trail

Poche à eau ? Porte bidon ? Pour les séances longues ou carrément en vue d’un ultra ? Quelques questions à se poser avant de finaliser l’achat de votre sac à dos de trail.
Texte Alex Kara
Photos Oliver Gough, Antonin Carion
Poche à eau ? Porte bidon ? Pour les séances longues ou carrément en vue d’un ultra ? Quelques questions à se poser avant de finaliser l’achat de votre sac à dos de trail.
Texte Alex Kara
Photos Oliver Gough, Antonin Carion
.

Parcourir la montagne en short et en baskets ne veut pas forcément dire partir la fleur au fusil. Quand les distances s’allongent et que vos sorties trail deviennent plus longues que le repas dominical chez mémé Paulette, la nécessité d’emporter un minimum de matériel se fait rapidement sentir. 

Ravitaillement, vêtements contre le mauvais temps ou carrément la liste démente du matériel obligatoire de l’UTMB : comment choisir son sac à dos de trail ?  

Approche

Le marché du trail, très porteur, a vu fleurir une large gamme de sacs à dos au sein de la quasi-totalité des marques présentes sur la scène de la course à pieds qui monte et qui descend. S’il devient compliqué de s’y retrouver parmi cette offre pléthorique, il l’est tout autant d’affirmer qu’un modèle est meilleur qu’un autre.

Alors oui, même si il est parfois difficile de rester de marbre face aux sirènes du marketing chatoyant de vos enseignes favorites, gardez tout de même à l’esprit que le choix de votre sac vous appartient à vous seul ! L’important c’est de trouver un produit en adéquation avec votre morphologie et votre pratique. Le meilleur conseil que l’on puisse vous donner ici c’est « essayez votre sac à dos avant de l’acheter ! », tâchez, dans la mesure du possible, de vous rapprocher d’un magasin où des vendeurs qualifiés sauront vous orienter dans vos choix.

Eléments à prendre en compte


Comme un gant  ! 

A l’instar des sacs à dos classiques, les modèles de trail offrent une multitude de réglages permettant un ajustement optimal à votre morphologie. Le sac de trail moderne s’apparente à un gilet à poches, une espèce de seconde peau… de kangourou.

Porté sur le haut du corps, dégageant ainsi la sangle abdominale pour un maximum d’aisance, vous avez alors le choix entre plusieurs tailles (raison de plus pour essayer votre matos avant de l’acheter). Cependant, il est toujours possible de trouver de très bons modèles plus traditionnels type panneau dorsal avec bretelles. Idéal pour ceux qui veulent utiliser leur sac en multi-activités. En tout cas, privilégiez les modèles en matériaux extensibles qui viendront mieux épouser vos formes. 


Ajoutez des photos (2020px)

Hydratez-vous !

Poche à eau dans le dos, porte bidons sur le torse ou même les deux à la fois, tout est question de goût. Néanmoins, l’option porte bidons souples ou rigides, plus accessibles qu’une poche à eau, facilite la tâche pour recharger ses réserves en liquide sans devoir retirer son sac. Avoir plusieurs contenants sur soi, c’est aussi la possibilité d’avoir différents goûts de boissons et donc varier les plaisirs histoire d’éviter la lassitude.

N’oubliez pas, plus vos gourdes ou pipettes seront faciles à mettre en bouche, mieux vous vous hydraterez. C’est très bête à dire, mais quand les efforts s’intensifient et que la fraicheur mentale s’amenuise, cela prend tout son sens.


Ajoutez des photos (2020px)

Cylindrée.

Comme pour n’importe quel sac à dos, vous avez le choix entre une multitude de volumes. Du minimaliste dans lequel vous aurez du mal à caser une barre chocolat noix de coco, au sac d’une quinzaine de litres, c’est à vous de voir. Quel trailer êtes-vous ? Un coureur de moyennes distances n’aura forcément pas les mêmes besoins qu’un adepte des grandes sorties en autonomie. Aussi, rappelez-vous que la pratique du trail est addictive, on a tendance à en vouloir toujours plus donc, pensez à choisir un sac qui saura accompagner votre évolution dans la discipline.

Evitez les grandes poches dorsales non compartimentées. Mieux vaut avoir plusieurs poches de taille moyenne, beaucoup plus pratiques pour ranger vos effets de façon structurée (« une place pour chaque chose et chaque chose à sa place » Marry Poppins -enfin je crois-).


Ajoutez des photos (2020px)

Les doigts dans le nez.

Globalement, cela fait une dizaine d’années que le sac à dos de trail fait sa révolution. Les services de recherche et développement, souvent aidés par les athlètes maison, se creusent vraiment les méninges pour créer des sacs toujours plus légers, ergonomiques et fonctionnels. Souvenez-vous du stupéfiant « gilet » imaginé par Salomon pour l’UTMB de Kilian en 2009, quelle idée de l’obliger à porter un sac d’ailleurs ! Attention toutefois aux usines à gaz. Assurez-vous, à l’essayage donc, que vous n’aurez pas à vous contorsionner pour atteindre la plupart des poches de votre sac. Tout cela, sans avoir à l’ôter bien entendu, c’est beaucoup plus pratique.

Petite astuce : pensez à choisir un modèle avec une poche très accessible pouvant accueillir votre veste coupe-vent. Personnellement, je trouve ça très pratique de pouvoir mettre rapidement ma veste à la moindre sensation de fraicheur.


Ajoutez des photos (2020px)

En vrac, quelques détails qui peuvent compter :

  • Porte bâtons, attention tous ne sont pas forcément pratiques.
  • Elastiques de compression ou même système BOA® (oui, comme sur vos chaussures de snow) pour mieux contenir le volume de votre sac et éviter les phénomènes de roulis.
  • Flasks, bidons ou poche à eau, fournis ou non ? À prévoir lors de votre achat, facilement 30 euros en supplément et oui, le trail, c’est un budget.
  • Compartiments étanches ou tout respirant ? Attention, un sac en matière totalement respirante, cela signifie que vos vêtements de rechange ne seront protégés ni de l’humidité extérieure, ni de votre sueur (prévoir un système pour garder votre change au sec). Alors qu’une fois mouillés, les compartiments étanches sècheront difficilement quant à eux. 

Ajoutez des photos (2020px)

Faites preuve d’ingéniosité, alors oui, le sac à dos parfait n’existe peut-être pas, mais rien ne vous empêche de réviser votre point de croix histoire de venir ajouter une poche par-ci ou un élastique par là. Sébastien Chaigneau est un artiste dans la customisation de sac, regardez son matos de plus près, rien ne vous perturbe ?

Allez, faites confiance à vos sensations et faites vous plaisir !

5 commentaires

jamrek
Statut : Confirmé
inscrit le 06/02/08
Activités : 56 avisMatos : 5 avisPhotos : 4 photos du jour

Staff depuis le 13/04/16
Force est de reconnaitre l'intérêt de cet article pour ces gens qui aime se faire du mal.
Kara
Statut : Confirmé
inscrit le 29/04/16
Activités : 21 avisMatos : 23 avisPhotos : 7 photos du jour
La balance plaisir/douleur c'est compliqué en trail, ouais :)
0

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Prorider74

inscrit le 26/04/16
Activités : 1 avisMatos : 5 avisPhotos : 1 photos du jour
Détail bête sur le miens mais a prendre en considération : la poche à eau est contre le dos (normal) mais la réspirabilité du dos du sac fait que la poche chauffe avec le corps. Je ne sais pas si c'est comme ça sur les autres mais l'eau tiède ça fait bizarre les premières fois
Kara
Statut : Confirmé
inscrit le 29/04/16
Activités : 21 avisMatos : 23 avisPhotos : 7 photos du jour
Oui, c'est vrai que ça n'est pas très appétissant une fois que la boisson est devenue tiédasse. Il existe des enveloppes façon aluminium isolantes mais c'est loin d'être efficace...
0
Siro

inscrit le 05/11/17
isolation pour l'été avec effectivement la poche isolante, mais pour l'hiver c'est bien pratique...
0

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire