Avis Garmin instinct SOLAR 2020

1 avis Garmin instinct SOLAR.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Josh13

La montre du baroudeur multisports

Avis sélectionné
Profil du testeur : 40 ans | 1,79m | 82kg | Avancé | Noves
Acheté : 365€ en ligne
Conditions du test : Toutes conditions, été, hiver, pluie, boue...

Points forts

Robuste, lisibilité au top, facile à utilisée, pas de fonctions inutiles

Points faibles

On s'attend à ce que la charge solaire soit vraiment efficace, c'est un petit plus uniquement

À la suite de la casse de ma dernière montre connectée, une Galaxy Watch plus taillée pour l’urbain que le sport (mais quand même bien utile), mon épouse m’a offert la nouvelle Garmin Instinct Solar.

Sur le papier, elle a tout pour plaire surtout que mon cahier des charges était clair : « Chérie, la prochaine je la prends avec l’Oxymètre histoire de mesurer notre acclimatation à l’altitude ! ».

La messe est dite ! On a de suite pensé à Garmin pour la robustesse des boîtiers et la précision des instruments. Oui, par ce que quand on a une Samsung au poignet, la précision c’est, comment dire …


DÉBALLAGE :

Au déballage, c’est du Garmin. Boite en carton recyclé sobre, pas de fioriture, une petite doc très explicite. La montre se présente dans une robe gris foncé écritures noires gravées. Ce qui choque, c’est la légèreté en main de l’ensemble et la douceur du bracelet. Au poignet on ne la sent presque pas et ça c’est un atout indéniable. Indications blanches sur fond noir, la lisibilité est exemplaire même lorsqu’il fait sombre. Les boutons sont larges et facilement manipulables. Ceux coté main sont protégés par le boitier, je suis vraiment aux anges de voir qu’un fabricant a enfin pensé que le mouvement de la main pouvait actionner les boutons. Combien d’enregistrements avortés avec mes anciennes montre parce que j’ai appuyé accidentellement sur une touche…..

Pour ceux qui y font attention, son boitier n’est pas trop gros ce qui la rend sobre et donc présentable même pour un mariage. Un mariage de sportifs bien entendu !


EN ACTION :

Avant de se lancer dans les activités, je conseille à tous les utilisateurs de bien prendre le temps de configurer ses profils d’activité. Ok c’est fastidieux mais cela à l’avantage de vous permettre de vous familiariser avec la montre. Ça a l’air de rien mais quand on vient comme moi d’un modèle tactile, la prise en main est un peu longue (sans parler des fois où on a l’air d’un imbécile en tapotant inutilement sur l’écran).

Une fois les profils réglés, c’est un jeu d’enfant. Il suffit de démarrer une activité dans le profil choisi, pour cela deux clics suffisent généralement et nous voilà lancé à l’aventure.

Le couplage avec le téléphone est simple et rapide, l’application Garmin Connect, très complète permet de gérer la montre facilement.

Selon le choix de l’utilisateur, elle peut afficher des notifications et déclencher la réponse à un appel. Oui ! Juste déclencher. Parce qu’après, il ne faut pas faire comme moi et parler dans la montre en pensant qu’elle est équipée d’un micro et d’un HP. Il n’y a que l’essentiel.

En activité, je ne la sens pas, c’est un vrai bonheur. La sueur ne la rend pas gênante ni la pluie. Elle est parfaitement étanche donc je ne me pose pas la question de sa protection. Même en escalade, je la garde au poignet.

La personnalisation des écrans est très intéressante, les données pertinentes et la lisibilité des cinquièmes d’écrans sans reproches.

Le mode de visée et ralliement marche très bien et donne un cap lisible. Le tracé du parcours semble un peu gadget au début mais quand on commence à comparer le tracé avec la carte IGN cela prend du sens. Attention, ça donne une indication très vague, entendons nous bien.

Le suivi d’un itinéraire enregistré se déclenche très facilement avec la montre ou le téléphone, les indications sont claires, un petit buzz prévient assez rapidement en cas de fausse route. On est pas sur le GPS de la voiture mais avec une carte en main, c’est très pratique.

On est vraiment sur une montre orientée sports de montagne, trail, et très utilitaire qui a sacrifié la couleur, le tactile et les widgets pour se concentrer sur l’activité et l’utilisateur.

Je l’ai également couplée avec mon Garmin Edge 820. Dès que le Edge lance une sortie, la montre enregistre les données cardio, c’est génial. Plus besoin de ceintures irritantes ! La précision avec la ceinture de chez Garmin est équivalente.

L’oxymètre enfin est un très bon outil, il permet de mesurer son état de forme et son acclimatation dans son environnement.

Deux fonctions en découlent :

- La saturation du sang en oxygène afin de ne pas partir à l’assaut d’un pic alors même qu’on descend à peine de la voiture. L’effet de l’altitude pour une personne comme moi qui vit dans les bouches du Rhône est à prendre en compte et le résultat est assez intéressant.

- Le niveau de forme. Géré comme une batterie par la montre, elle te dit combien de pourcent de forme il te reste. Ça permet de comprendre nos cycles de récupération et de surcompensation. Encore une fois, très ludique et pratique sans rentrer dans des détails que seuls les compétiteurs, les docteurs et ton assureur voudront connaitre.


AUTONOMIE :

C’est toujours la grande question.

Pour être précis sur ce test, je dois vous dire que j’ai tous les capteurs d’allumés y compris la surveillance de saturation O2 de nuit. Hors activité, je la recharge tous les 10 jours. Je n’attends pas qu’elle soit à zéro, dès qu’elle m’annonce un jour de d’autonomie, je branche.

J’ai essayé de couper le mode solaire pour savoir si c’était un gadget ou non. Dans ce cas, je perds une journée. Plutôt pas mal pour une personne qui comme moi passe, hors activité trois heures dehors.

En activité, elle tient facilement la journée, voir un jour et demi l’été si elle est constamment en charge solaire et deux jours si je la coupe la nuit. Après, avec une batterie externe de 2500mah, elle se recharge en 2h30.


ROBUSTESSE :

Premier point positif, le boitier protège la naissance du bracelet et l’axe traversant. Les efforts se concentrent donc 4mm plus bas sur une zone très renforcée du bracelet. Ainsi, je crains beaucoup moins l’arrachement qu’avec un autre modèle.

Le remplacement du bracelet se fait en deux manipulations très simples dont je ne parlerai pas ici car une quantité impressionnante de vidéos circulent à ce sujet.

Malgré quelques pelles en VTT d’enduro, de la grimpe, des randos, la bretelle du sac qui se coince dans le boitier et tente d’arracher la montre je n’ai pour l’instant ni réussi à rayer le verre, ni à arracher le bracelet. Quoi qu’il en soit, le fabriquant assure un SAV impeccable auquel j’ai pu goûter à de multiples reprises avec mes autres appareils Garmin.

POUR QUI :

Si comme moi, le design «kiki lover » n’a pas d’importance, si tu cherches une montre qui va droit à l’essentiel, que tu aimes le mode de fonctionnement de Garmin Connect, ou que tu as d’autres produits Garmin alors fonce, n’hésites pas.

Pour qui ?

Tous ceux qui veulent aller à l'essentiel et dont leur vie n'est pas faire d'un seul sport mais de beaucoup d'activités

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire