Avis Garmin Oregon 700 2017

1 avis Garmin Oregon 700.

Donnez-nous votre avis !
Postez un avis de qualité et augmentez vos chances de recevoir gratuitement du matériel dans le cadre de notre programme de Tests privés.
Irenearrt

Un gadget très cher à l'UX médiocre

Avis sélectionné
Profil du testeur : 30 ans | m | Avancé | Strasbourg
Acheté : 400€ en ligne
Conditions du test : Randos en forêt et montagne Vélo en ville

Points forts

Base de données interne (hôpitaux, station essence...)
Ecran tactile

Points faibles

UX médiocre (GPS et BaseCamp)
Prix (du GPS et de chaque carte complémentaire)
Durée de vie de la batterie très limitée
Difficultés de géolocalisation récurrentes
Pas de SAV

A plusieurs reprises, mon compagnon et moi nous sommes retrouvés coincés en pleine averse en pleine rando, à devoir écourter la trace en urgence pour rentrer avant d'être trempés. A chaque fois, on s'est paumés. Trempés, gelés, sans savoir où on était, on s'était alors dit que ça serait pas mal d'investir dans un GPS de rando. On a alors longuement comparé tous les modèles pour trouver le bon; et, au Noël suivant, l'Oregon 700 de Garmin s'est retrouvé sous la sapin.

Enfin, on allait pouvoir partir randonner sereinement, sans avoir peur de nous perdre, on allait vraiment profiter de la nature... Que nenni ! A peine passée l’excitation d’avoir un nouveau jouet, c’est une suite de déceptions qui nous attendait.


Prise en main et UX

Des menus, des menus, toujours des menus. Rien de simple ni d’intuitif pour nous autres habitués des smartphones. Nous pensions que l’écran tactile résoudrait les problèmes de ses prédécesseurs, et nous avons eu tort. Avant de se lancer, préparez-vous à devoir parcourir des menus et des pages à n’en plus finir, et surtout… vous n’échapperez pas à l’utilisation du logiciel lourd et encore une fois très peu intuitif : BaseCamp. Il ne faut pas être trop pressé de partir en rando…

NB : en tant que « digital native », j’arrive à m’approprier de nouveaux logiciels sans trop de difficulté ; et au cours de ma carrière, j’ai eu l’occasion d'apprendre à maîtriser pas mal de logiciels pas toujours accessibles. Pourtant, BaseCamp a été dès le début une source intarissable de frustration extrême, et restera probablement à jamais dans mon flop 3 en termes d’UX (juste après un logiciel de modélisation moléculaire, pour vous mettre en contexte). Compte tenu qu’il s’agit d’un logiciel grand public, c’est impardonnable.


Un gadget qui propose plein de fonctionnalités et d’add-ons (souvent payants)

A 400 € le joujou, on s’attend à un package tout compris ? Détrompez-vous. Vous obtiendrez une carte de base très générale, qui vous permettra de naviguer mais ne vous donnera pas accès au détail des chemins ni encore moins aux infos utiles (balisages, refuges…). Chaque bout de carte ou nouvelle fonctionnalité supplémentaire est bien entendu payante, et rien n’est donné.

En parlant de fonctionnalités… alors oui, pour le coup, le package de base contient tout ce qu’on attend d’un GPS d’extérieur : baromètre, altimètre, boussole… même un calendrier avec les heures de soleil et les phases de la lune.

Oh, et il y a aussi un mode « nourriture », où je peux chercher les restos alentours (j’ai cliqué sur « doughnut », il me propose un Krispy Kream à plus de 600km de chez moi – utile !), je peux aussi chercher les magasins alentours, notamment les magasins de meubles, les fleuristes, les salles de concert et les zoo – no comment. En revanche, j’apprécie l’option de chercher des services vraiment utiles, comme de transport (location de voiture par exemple), pompe à essence, DAB, hôpitaux, etc.

Certaines fonctionnalités avancées – notamment les prévisions météo – sont bien utiles, mais requièrent une connexion wifi ou bluetooth pour récupérer les données d’internet. Donc finalement, dans l’ensemble, rien qu’un bon vieux smartphone ne puisse proposer.


Une utilisation pratique limitée

L’une des raisons pour lesquelles nous voulions un GPS spécifique et non pas utiliser un smartphone, c’est la durée de vie de la batterie. Le smartphone est souvent pointé du doigt comme une erreur du débutant, qui se retrouve d’un coup sans plus aucune batterie, perdu au milieu de nulle part. Eh bah l’Oregon 700, c’est pareil. Comptez 3h d’autonomie sur une paire de piles neuves en mode rando – 6h au mieux si on n’utilise l’écran que de temps en temps pour s’assurer qu’on est bien sur le bon chemin.

Et là, en pleine montagne, devant cet écran noir, je désespère.

A cela s'ajoute le nombre de fois où le GPS a mis plus de 20 minutes à de nous géolocaliser (alors que mon téléphone nous avait trouvé immédiatement), alors que l'Oregon 700 est réputé pour sa précision et rapidité de localisation. A moins qu'on ait reçu le seul GPS qui fait pas GSP, je ne comprends pas.


Un SAV inexistant

Comme avec tous les produits Garmin, une fois acheté, vous êtes seul au monde. A part quelques forums et tutos rigides qui vous proposerons les solutions que vous avez déjà essayées 10 fois sans succès, rien ne vous aidera à résoudre les problèmes de fond qui limitent l’utilisation du GPS.

Exemple : nous avons acquis la carte cycliste pour la modique somme de 70€… habitant à Strasbourg – la ville du vélo ! – on pourrait croire que c’était un investissement intéressant. Sauf que ce maudit GPS refuse de nous faire prendre la piste cyclable ; et que si on y va quand même, il nous propose constamment d’en sortir pour retrouver une grande route.

La seule solution que nous avons pu trouver sur internet est la suivante : crée ton propre itinéraire avant de t’aventurer dehors. Bref, inutile.


En conclusion : un gadget cher et relativement peu utile à l’UX médiocre, qui n’offre rien de plus qu’un smartphone

Finalement, l’intérêt de l’Oregon 700 est limité. Si l’écran tactile est chouette à première vue, la frustration constante qui vient avec BaseCamp et la multitude de menus pas intuitifs achève de pourrir l’expérience. Vu la quantité de temps qu’il faut passer pour préparer son itinéraire, on a plus vite fait d’y aller à l’ancienne, avec une carte en papier et une boussole.

La plupart de ses fonctionnalités se trouvent dans une poignée d’application smartphone, dont la batterie – si vous téléchargez vos cartes et l’utilisez principalement hors ligne – tiendra bien plus longtemps que le GPS.

En comparaison avec une app du type Visorando – offre de base gratuite, avec des options de tracé avancées et l’accès illimité aux cartes IGN pour environ 30€ par an – l’Oregon 700 fait petite mine. Bref, une énorme déception, une perte de temps et d’argent ; dans l’ensemble, à l’image de l’expérience que j’ai eu avec tous les produits Garmin que j’ai eu l’occasion d’utiliser. Soyez assurés : c’était la dernière fois.

Pour qui ?

Personne ! Téléchargez plutôt une app de rando

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire