Avis Millet Light Rush 2018

Déposez votre avis.

Les chaussures idéales sauf que...

Avis sélectionné
Profil du testeur : 33 ans | 1,75m | 70kg | Avancé | Corrobert
Acheté : 150€ en magasin
Conditions du test : Test de deux mois en montagne, plaine, herbe, roches, terre, sous bois, route, sorties longues, courtes, plates ou avec dénivelé... Bref, toutes les conditions sauf la grosse boue vu les conditions de cette année.

Alors voici un test des chaussures Millet Light Rush. J’ai porté ces chaussures l’équivalent de deux mois de manière assez intensive dans différentes conditions : montagne savoyarde/plaine champenoise/sentiers ardéchois, sorties longues en montagne ou en plaine/kilomètres verticaux/fractionné/sorties de récupération, sur herbe/terre/sous-bois/caillasse et même route,… Finalement, vu le manque de pluie cette année, il y a juste la grosse boue que je n’ai pas pu tester avec ces chaussures.

Pour vous les présenter, je vais d’abord vous parler du contexte d’achat, puis aborder brièvement l’économie et l’écologie chères à nos politiciens avant d’évoquer le service après-vente et une façon de les bidouiller puis de terminer avec un détail de mon ressenti vis-à-vis de la chaussure en elle-même.

Pour ceux qui n’ont pas envie de se farcir toute cette tartine, vous pouvez passer à la conclusion directement !

Contexte d’achat :

En début d’été, je commençais à en avoir ras le bol des chaussures techniques/speed/confort/drop/machin chose à 100 euros qui ne tiennent pas plus de deux semaines sans devoir les recoller. L’argument est toujours d’avoir une semelle durable, mais le mesh, chez moi (et d’après les forums chez pas mal de traileurs) ne tient pas. Effectivement, on peut les recoller, mais un trou se reforme ailleurs, finalement on en vient à courir avec une enveloppe de colle autour du pied (j’exagère un peu quand même…).

Du coup, étant en vacances à Méribel, je fais un tour dans les boutiques de la station ou dans une grande boutique d’Albertville. Je ne trouve pas trop de modèle avec mesh « renforcé ». Finalement, je rentre dans la boutique Millet où je trouve une paire de chaussures avec une belle affichette qui vante la résistance du mesh. Je regarde les chaussures, elles m’ont l’air très légères, j’ai donc des doutes. Mais c’est quand même du Millet, du produit de montagne. Allez, je me lance, je les achète et me déleste de 150 euros (aouch !!! ça fait mal, j’espère vraiment qu’elles sont solides !!!!).

Et bien pour une fois, le marketing avait raison. Après une utilisation intensive, le mesh est quasi nickel ! Aucun trou, de très légères marques d’usure. Il faut dire qu’il est renforcé avec des fils de Kevlar…

OUI MAIS, bien que ce mesh soit solide la chaussure n’a pas duré aussi longtemps qu’espéré. Cette fois, ce sont les « œillets » en tissu qui ont lâché. La couture n’est pas assez solide, 4 œillets ont lâché les uns après les autres… RRRRRRRRRRR.

L’aspect économique :

Pour ceux qui y sont sensibles, la chaussure est de marque française, avec une semelle Michelin. Au moins, ça fait vivre des designers/créateurs…français. Le textile MATRYX est lui fabriqué en France. C’est pas tous le jours que l’on peut acheter des affaires crées et fabriquées en France. Cocorico, champions du monde et tout et tout !!!!!

L’aspect écologique :

On peut penser que pour les parties fabriquées en France, l’empreinte carbone est plus faible (meilleures normes écologiques) et que certains trajets peuvent être réduits. C’est à vérifier mais c’est déjà un bon point.

De plus le produit est solide donc on achètera moins de chaussures, donc on crée moins de déchets. On pratique en nature, on est forcément sensibles aux arguments écologiques, même si on peut facilement se faire rouler dans la farine… bio la farine hein…

Mon expérience du service après-vente et bidouille :

Vous l’avez lu plus haut, les œillets « textile » ont lâché. Chose que je n’ai pas l’habitude de faire, j’ai pour une fois essayé de joindre Millet via leur site web. Ils ont bien pris l’affaire en mains. Ils m’ont finalement renvoyé une paire de chaussures neuves. J’ai quand même attendu plus d’un mois (un peu plus) entre les premiers échanges et la réception des chaussures mais c’est peut-être un délai classique. J’ai aussi ajouté presque 10 euros de frais de port aux 150 de base. Ça commence à faire cher…

Je n’ai pas encore essayé les chaussures reçues mais il s’agit du même modèle (exactement). Les œillets n’ont donc pas changé. Si jamais le problème revient (ce qui ne serait pas étonnant), je pense bidouiller ces chaussures avec une pince à œillets pour en remettre des classiques.

Après, avec mes deux mains gauches (malheureusement, je suis droitier), je risque d’avoir les lacets qui passent par le talon…

Performances :

Les chaussures sont annoncées à 260g, je n’ai pas vérifié mais elles sont bien lights ! Elles sont également très souples, ce qui est assez agréable. Le drop est de 6mm. La semelle est fine (11 à 17mm) et aussi souple. On sent bien le terrain, les cailloux également. Personnellement, j’apprécie beaucoup (je fais environ 70kgs), mais certains n’apprécieront pas du tout. Il y a des légers renforts pour se protéger des possibles chocs contre les pierres. Le système de laçage est simple et efficace. Le maintien est excellent grâce au textile très enveloppant. L’accroche est top ! (Comme je l’ai dit plus haut, je n’ai pas eu l’occasion de les tester par temps de grosse boue).

En gros, pour les coureurs qui recherchent les sensations (même à petite vitesse) ou la performance, elles sont pour vous. Elles sont très confortables à condition d’apprécier le contact avec le sol.

Les produits Millet, pures sensations !

Esthétique :

A vous de voir, mais mon fils me demande souvent de les porter, comme ça son père a les chaussures de Spiderman !

Conclusion :

Pour ceux qui n’ont pas eu le courage de tout lire (je les comprend !), ces chaussures sont très agréables et performantes pour celui qui apprécie les faibles drops (6mm) et le contact avec le sol. Pour moi c’est la chaussure idéale. En plus, le mesh est solide, le service après-vente très correct, mais malgré l’argument marketing de la solidité, les œillets textiles (sur mon modèle) ont été assez fragiles et se sont décousus.

A tester pour aller vite ou rechercher des sensations !

Pour qui ?

Les traileurs relativement légers qui aiment ressentir le terrain

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire