Avis Hoka One One Speedgoat 3 2019

5 avis Hoka One One Speedgoat 3.

Donnez-nous votre avis !
Note moyenne : 8,6/10
Way to Everest

Trails stables, amorties, polyvalentes, pour toutes les sorties

Avis sélectionné
Profil du testeur : 30 ans | 1,84m | 70kg | Avancé
Acheté : 110€ en ligne
Conditions du test : 6 sorties sur sentiers marqués et terrain difficiles (sentiers des Douaniers), trails Sky Running en haute montagne sur terrain difficile (GR10). Kilomètres cumulés parcourus : 650 km. Pas beaucoup temps, pas temps de pluie.

Points forts

Amorti Hoka One One très prononcé : mais garde du dynamisme et le moins reste contenu,
Stabilité sous terrain difficile,
Chaussant enveloppant.

Points faibles

Durabilité de l'amortie : environ 25% après 600 km, il faut ... déjà penser à les changer pour éviter la blessure.

Depuis longtemps fidèle à Salomon pour les chaussures de trail, j’étais habitué aux SpeedCross. Pour ma 10ème paire de trail je cherchais à évoluer vers un produit : plus stable, plus amorti, gardant du dynamisme. En me tournant vers la concurrence mes attentes étaient : trouver une chaussure robuste, polyvalentes, adaptées à :

  • Distances : courts à moyens, de 15 km à 60 km,
  • Terrain : sentiers marqués (type GR34), terrain caillouteux, sentiers difficiles et techniques (genre GR20),


Conditions de test : 6 sorties sur sentiers marqués et terrains techniques (sentiers des Douaniers, GR10), trails Sky Running en haute montagne sur terrains difficiles. Kilomètres cumulés parcourus : 650 km.


En statique :

Le fameux profil « banane » des semelles HOKA One One laisserait penser que ces chaussures sont lourdes. C’est une première surprise : leur légèreté dans la main, qui va se confirmée aux pieds.

Côté look, les couleurs sont vives, le bleu est profond, l’orange tire vers le jaune éclatant : j’aime quand il y a du caractère, ce style ne laisse pas indifférent.

La facture est bonne, même très bonne. Sur cette version 2019, le mesh (qui avait été identifié comme un point faible de la version 2) est désormais pourvue d’une armature en polymère thermocollé en forme de Z. A l’utilisation cette armature ne bouge pas !

La pointure / le chaussant : la réputation HOKA One One était de produire des chaussants étroits et taillant petits. Ayant un pied plutôt large, et ayant réalisé ma commande sur internet, je me suis fié à 100% aux guides des tailles en commandant une taille 44 pour ma pointure habituelle qui est aussi de 44. En longueur, comme en largeur : elles me vont comme un gant rien à redire. Le maintien du pied est très bon, la base est bien marquée, le mesh recouvre bien le pied, la sensation d’enveloppe totale est présente : bien plus présente que sur les Speedcross 4 (Salomon), ce qui augure d’un maintien dynamique et d’une stabilité meilleure que chez la concurrence.

Enfin, j’ai abandonné le système de lançage rapide breveté par la marque française, pour des lacets classiques, type running : leur profil (corps creux en 2 hémisphères) permet un laçage serré, ferme et ne bouge pas ! Je ne regrette pas.


En cours, dynamique, en utilisation :

Le maintien se confirme dès les premières foulées. A noter, qu’il n’y a pas de correction à faire après les premiers kilomètre (là où il fallait réajuster les Salomon).

Les crampons sont marqués mais pas proéminents : c’est ce que je cherchais. Ainsi on dispose de crampons bien présents permettant d’évoluer en sentiers difficiles et sur rochers toute en gardant une bonne stabilité. Les crampons / empreintes avant / arrières ont des orientations inversées : en montées comme en descentes l’accroche est bonne. Le gros point fort est la semelle Vibram : ce qui en fait une chaussure très polyvalente (en course comme en marche rapide) cramons moyens + Vibram = semelles idéales pour les terrains montagneux.

Fort de leur embase large et de leur maintien sans faille, la stabilité (tant recherchée) est au rendez-vous.

L’amorti qu’offre le profil banane des HOKA One One n’est pas une légende, il est excellent. Attention c’est au dépend du dynamisme. Pour autant, je m’attendais à perdre beaucoup de dynamisme, l’amorti reste plutôt ferme. Ce qui est fait une chaussure idéale pour les distance moyennes à longue, c’est un bon compromis.

Enfin, le Drop : … 4mm, c’est qui est extrêmement faible pour une chaussure de course. A la pratique, là aussi, cette caractéristique assure la polyvalence de la chaussure : en effet, entre marche rapide, phase de running stable, montée lente ou très prononcée, la chaussure n’a pas de profil type et permet d’adaptée la foulée à toutes les conditions retrouvée lors d’une course de trail. J'aime beaucoup ce faible drop qui donne libre adaptation à la foulée selon l'état de forme, le terrain, les conditions.


Après 600 Km :

Je confirme le côté polyvalent de la chaussure Speedgoat 3. Sa stabilité et son amorti sont ses grands atouts. L’armature ajouté au mesh n’a pas bougé. Le mesh de l’avant du pied reste fragile, légère déchirure apparue après course difficile sur rocher. L’amorti est fatigué, après 600 km j’estime avoir perdu 25% à 30% des qualité d’amorti de cette Speedgoat 3 et pense à les changer … pour le même modèle.

La semelle Vibram est excellente et un gros plus en montagne, particulièrement lors des phases de montée en marche rapide sur rocher.

Comme beaucoup de chaussures trails dites imperméables : en effet, un ou deux pas dans une flaque d'eau et vous ne sentez rien, en revanche, sous la pluie : inexorablement, vous vous retrouverez les chaussettes trempées au bout de 5kms.


Rappel des infos techniques (fournisseur) :

  • Fit : Moyen
  • Surface : Trail
  • Catégorie : Stabilité recherchée
  • Caractéristique : Amorti
  • Construction en mesh technique respirant pour un maximum d’aération et de maintien.
  • Revêtements du milieu du pied en TPU renforcés assurant un maintien optimal.
  • Structure au milieu du pied conçue pour la stabilité et le maintien.
  • Semelle intermédiaire oversize en EVA assurant un amorti tout en légèreté.
  • Plate-forme élargie conçue pour offrir une base plus stable sur toutes sortes de terrains.
  • Semelle intermédiaire en mousse CMEVA qui absorbe les points d’impact et procure une vraie stabilité.
  • Semelle externe Vibram® Mega-Grip offrant une très bonne accroche avec crampons de 5 mm.
  • Crampons multidirectionnels pour une accroche hors pair sur terrains variés.
  • Semelle externe offrant une meilleure longévité

Pour qui ?

Traileurs sur courtes, moyennes ou longues distance. Marche en montagne (semelle Vibram oblige).

commentaires

Pas encore de commentaire
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire