Avis Hoka One One EVO JAWZ 2018

Déposez votre avis.

Les dents de la terre : Jaws Evo

Avis sélectionné
Profil du testeur : 21 ans | 1,72m | 60kg | Avancé
Acheté : 130€ en ligne
Conditions du test : Fin d'après midi et nuit, terrain humide. Mixte :Tarmac, terre, cailloux de calcaire

Je me présente : Victor, 21ans, 1m72 60kg, habitant Dijon et Chamonix une partie de l'année 


"Hoka One One c'est du maximalisme ! Hoka One One c'est moche" une rengaine que beaucoup reprennent... mais les Jaws font table rase des Speedgoat et autres ATR. Ici fini le gros amorti : 200g de mesh et de crampons et c'est tout ! C'est pour cela que je voulais à tout prix essayer cette nouvelle création des français rachetés par les americains avec un nom maori ... colis reçu... ouverture de la boîte. 

Bleu vif, lacets jaunes, légèreté incroyable (207g en 42.2/3) sont au programme. Voici "Jaws", les dents de la mer, ce nom est bien justifié par les crampons de 6mm qui couvrent la semelle Vibram. Un look aggressif qui me plaît vraiment mais qui ne fait pas l'unanimité au vu de la réaction de mon frère qui les trouve trop voyantes, bling-bling, tape à l'oeil. Mais s'il y a quelque chose que les traileurs savent bien c'est que les chaussures de couleurs vives c'est comme les voitures rouges : ca va plus vite !


Chaussures au pied prêt à partir : mon pied est parfaitement tenu et cela est renforcé par la possibilité de faire un laçage marathon qui permet de mieux tenir le pied dans la chaussure. Les doigts de pieds ne sont pas compressés dans la toe-box et le talon à ce qu'il faut de liberté tout en étant tenu donc jusque là tout va bien et nous sommes prêt à arpenter les collines du Nord de Dijon : singletrack de terre, pétards humides et petit sentier plein de cailasse entre les petites falaises de calcaire.

Les premières foulées sont rapides et encouragent à plus de vitesse. Le drop de 3mm encourage cette attaque medio-avant pied si élégante et les 207g vous font (presque) voler comme Jim Walmsley, le champion maison Hoka One One. L'accroche dans la terre humide du sentier est excellente et la sensation de stabilité est rassurante. Les kilomètres s'enchaînent sur ce sentier de terre qui court dans les collines autour de Dijon et tout va bien : la motricité dans les parties humides n'est jamais mise en défaut et on se plaît à accélérer encore et encore. Dans les descentes la légèreté et la finesse permettent un placement du pied au millimètre et ce même lorsque la cadence des pas augmentent pour maîtriser la vitesse et jouer avec le terrain.

Bref sur terrain humide c'est du bonheur, des sensations et encore du bonheur.


Et là, après 15 bornes de plaisir, je prend un chemin rocailleux. Si la montée se fait sans encombre, on sent cependant que ce n'est pas leur terrain de jeu préféré. La chaussure entièrement faite de mesh renforcée ne semble pas à son aise au milieu des gros cailloux de calcaire et la descente dans le pierrier tourne au calvaire. La stabilité et l'agilité tant aimée sur terre se transforme appui précaire sur des cailloux car la chaussure toute fine laisse les cailloux rouler et ce, même en se concentrant sur le verrouillage de la cheville et la répartition du poids de l'appui. Mes Adidas Terrex bien plus large s'en sortent bien mieux mais après tout les Jaws ne sont pas conçues pour ce genre de terrain. En effet, l'absence de pare-pierre fait craindre pour le mesh. Hoka One One nous assure cependant de la solidité de cette matière retravaillée après les nombreux cas de déchirures sur les anciens modèles.

Retour à la maison dans la nuit par la forêt et la foulée redevient rapide et surtout très précise ce qui est un atout précieux dans l'obscurité.

Le retour par la route n'est pas désagréable et la foulée continue à délivrer des sensations mais on se force à rester très léger par peur d'abimer les crampons de Vibram qui sont tout de même un peu mous et qui ne semblent pas bien robuste même si apres un bon mois d'utilisation 3-4 fois par semaines il n'ya pas de traces d'usure. À voir avec le temps.

Le déchaussage est rapide et suprise ! mes belles chaussettes de compression sont devenu bleues comme les chaussures ! J'ai pourtant procédé à un premier lavage avant d'aller courir mais les chaussettes ne s'en remettront pas et 1 mois plus tard elles continuent à déteindre, la solution : chaussettes noires ! 

En conclusion cette chaussure s adressent aux coureurs légers pour des sorties courtes de moins de 30km. Elles sont à l'aise partout sauf dans la caillasse cassante où le manque de parepierre est ressenti. Ces chaussures sont donc faites pour exploser vos chronos en forêt et sur sentier de terre en montagne : attention les yeux comme on dit chez nous !

Pour qui ?

Compétiteur sur courte distance coureur léger foulée medio-avant pied
8/10
Confort
Accroche
Solidité
Maintien
Stabilité
Amorti

Points forts

Légèreté
Sensations
Drop faible
Accroche dans la terre

Points faibles

En difficulté dans les pierres
Apparente fragilité car manque du pare-pierre
Déteignent à chaque sortie

Pas encore de commentaire

Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire