[Découverte] Le Dry-tooling

Photo de couverture

Cliquez ici pour ajouter une photo de couverture, ou déposez la photo dans ce cadre. Si les dimensions sont supérieures à 2000x1045 pixels, la photo sera automatiquement redimensionnée.

L'image d'en tête sera affichée derrière le titre de votre article.
Cliquez ici pour remplacer la photo de couverture (2000x1045 pixels), ou déposez la photo dans le cadre pointillé.

[Découverte] Le Dry-tooling

"Le BTP de l'escalade"
Misanthrope
Texte :
Photos :
Vidéo :
Gaëtan Raymond
Cet article est issu du mag communautaire Outzer, dans lequel les membres de notre communauté peuvent partager librement leurs plus belles histoires de montagne. Publiez la votre !

Késaco ??? 

Qu'est ce que le "Dry Tooling" ? 


Jeff Mercier, petit par la taille mais très puissant et grand glaciairiste, membre du PGHM, le défini comme "le BTP de l'escalade à mains nues"... tout est résumé dans cette description.... 


Cette discipline commence à sortir de l'ombre, notamment par le fait qu'elle permet de hausser encore le niveau des alpinistes actuels. Comme l'escalade il y a très longtemps, le "dry-tooling" permet aux alpinistes les plus forts de s'entraîner afin de venir à bout de nouvelles lignes avec des techniques sans lesquelles il serait tout simplement impossible de passer en "libre"... 


Jeff Mercier pratique la discipline depuis 1998, mais son réel essor commence dans les années 2000, avec le commencement des compétitions de cascades de glace, médiatisées notamment grâce à des grimpeurs comme Daniel Du Lac, Tony Lamiche ou "feue" Stéphane Husson, membres de l'équipe "Petzl" via le film "Pitch sorbet"... On leur doit l'arrivée du très novateur piolet "Quark ergo", un machin tout d'abord bricolé directement du très célèbre "Quark", qui leur permettait le changement de main et la grimpe sans dragonne, le bricolage des pointes vissés directement dans la chaussure et plus particulièrement le développement des crampons mono-pointe... La grimpe en mixte explosa alors et mena tout doucement vers la pratique très confidentielle mais de plus en plus répandue du dry-tooling...


Le dry-tooling est donc de l'escalade sur rocher exclusivement, armé de crampons et de piolets. Si on rajoute de la cascade de glace à la discipline c'est du mixte... 


Le matériel.

Que faut il pour pratiquer le dry-tooling ? 

C'est très simple, il faut exactement le même matériel qu'en escalade, baudrier, corde, dégaines, système d'assurage, casque, et qu'on remplace les chaussons par des chaussures à crampons mono-pointe avant intégrées (Triop Capoeira par exemple), ou à défaut votre paire de chaussures d'alpinisme équipé de crampons de cascade, et une paire de piolets de cascade type Petzl "Nomic" ou "Ergo"(pour citer les plus connus)...

Bien évidemment, on peut pratiquer avec des piolets plus "simples" pour débuter, mais prenez soin, dans la mesure du possible, de les équiper de lame dédié au dry-tooling comme le propose Petzl avec ses lames "Dry" ou "Pur dry"... Ces dernières sont plus épaisses et supportent mieux les torsions et les forces induites par la pratique.


N'oubliez surtout pas le casque, comme vous le verrez au paragraphe suivant, il est indispensable !



Où le pratiquer ?

La coutume et l'éthique veulent qu'on ne pratique la discipline que sur des sites ou l'escalade traditionnelle n'est pas possible en raison d'un rocher de très mauvaise qualité, et c'est très très bien comme ça ! Alors si à la fin de l'article vous souhaitez vous lancer dans le "dry" ne foncez pas ruiner la falaise du coin avec votre perfo..... 


Les sites sont donc majoritairement équipés en falaise délaissées par le commun des grimpeurs car le rocher y est trop pourrie ou trop salissant. Et là, ben, des équipeurs, armés de motivations et de perfos créent leurs voies avec des trous forés plus ou moins gros et profond et plus ou moins fuyants dans lesquels les piolets et crampons vont venir se loger. Beaucoup laissent "natural" lorsque cela est possible. 

Sécurité:

Comme précisé, la pratique se faisant sur des falaises au rocher souvent douteux et auquel s'ajoute le matériel, il est important de porter un casque! Aussi bien pour le grimpeur que pour l'assureur... Les cailloux partent facilement et donc l'assureur doit se protéger et si jamais un piolet ripe, il vaut mieux le prendre dans le casque que s'ouvrir le crâne quand on grimpe... Bref, "Sortez couvert" !!!

Les sites: 

Le plus connu et médiatique actuellement est "L'Usine", près de Grenoble, et pour la Haute-Savoie "Quintal", près d'Annecy. Mais il existe d'autres endroits, même si cela est très minime en terme de quantité... "Le Fayet", le "Zoo", "Le Salève" (sous la célèbre "Barre à Guy"), "la grotte de Pomblière", "L'Abattoir" sont parmi d'autres sites à découvrir.... 

Les différents styles de grimpe en dry et "l'éthique".

Ici, 2 écoles s'affrontent, le traditionnel et le "DTS"... 


La grimpe avec piolets à marqué dans les années 2000 et l'arrivée des piolets "ergonomiques" à double poignées la grande mode du "Yaniro", mouvement spectaculaire visant à faire passer la jambe droite par dessus le bras gauche (ou inversement) permettant de mieux "ancrer" le piolet et de gagner en allonge. Rien n'interdit d'utiliser la technique que vous voulez, finalement, le dry, comme dirait le groupe "Chagrin d'amour" chacun fait ce qui lui plait... 


"Oui, mais tu as dis que 2 écoles s'affrontent......  pis c'est quoi le DTS??? "

Excellente question et remarque et je vais répondre d'un coup au 2 ! 

Le Dry Tooling Style (d'où son acronyme DTS) est plus connu à l'internationale comme le "French Style"... Il s'agit d'un petit groupe d'individus (notamment Jeff Mercier ou Gaëtan Raymond) s'interdisant éthiquement le "Yaniro", les crochetages entre lames, d'attraper le piolet avec ses coudes, et bannissant les éperons... C'est d'autant plus impressionnant à voir! 

Mais bon libre à chacun de faire ce qu'il veut... 


Mais je vous l'accorde, parler d'éthique dans cette discipline est particulier... Car finalement, Jeff Mercier lui même, dit que chacun fait ce qu'il veut... Il y a juste quelques règles de base à respecter, notamment concernant l'équipement des falaises dédiées et c'est pour moi, la seule règle à retenir.... Ne pas allez ruiner les falaises ayant un potentiel d'escalade traditionnelle semble le plus important, donc amis Haut-Savoyards, n'allez pas cramer les fabuleuses "gouttes d'eaux" de la falaise d'Ablon avec vos piochons par exemple ;)... 



Les cotations et les sensations.

Cotations:

Les cotations les plus anciennes sont exprimées en "M" (pour Mixte) associé à un chiffre pour la difficultée, par exemple M7... La cotation "M" a pour origine l'association de glace et de rocher, elle a donc évoluée vers la cotation ci-après.

Plus récemment et avec l'arrivée des nouvelles falaises, la cotation "D" associée à un chiffre est apparue. "D" pour "Dry" (excluant donc l'aspect glace) et le chiffre pour la difficulté... Aujourd'hui, les cotations oscille entre D4 et D15... Et franchement, à partir de D7, on en prend plein les bras.... 


Sensations:

Alors là, on prend toutes les sensations imaginable.... Lors de ma première sortie, mon fidèle compagnon et mentor, m'en a fait la description suivante: 

"C'est un ascenseur émotionnel, un véritable yo-yo!"


Effectivement, tout est dit dans cette simple phrase.... Même si finalement on a toujours des bacs dans les mains, il faut apprendre à faire confiance aux intermédiaires que créés les crampons et les piolets entre vous et le rocher.... Comme un bébé passant du rire aux larmes, on passe ici, en une fraction de temps, aux sensations suivantes:

- Wouh c'est trop cool !

- Putain, putain, putain.... Mais merde je vais me tuer !!!

- Ah non ca tient ouf.... 

- Merde, merde, merde..... oulala mais sans déconner qu'est ce que je fous ici ?!!!!

- Waouh, c'était trop bien !!!

- etc, etc.... 


Et si vous aviez oubliés dans votre anatomie musculaire quelques muscles, ils sauront se rappeler à vous le lendemain de votre première séance... 

Présentation vidéo de "Dry tooling Séries"

Petite série de vidéos présentant la pratique que je vous invite à allez visionner. Gaëtan Raymond présente tout ça très très bien... 

Conclusion

Si comme moi vous aimez la montagne sous toutes ses formes de pratique, essayez le "Dry-Tooling".... C'est franchement sympa à pratiquer, notamment en automne, car on peut le pratiquer sous la pluie même s'il y a des résurgences dans les falaises et on se paye de bonnes tranches de rigolade et de sensations.... C'est le bricolage de la grimpe, et je trouve que le terme "bricolage" lui correspond bien... 


Amusez vous et bourrinez bien !  

Pas encore de commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire

.