Avis Scott Supertrac RC 2017

Déposez votre avis.

Le meilleur de Scott dans une seule chaussure, mais avec encore de la place pour quelques améliorations

Avis sélectionné
Profil du testeur : 38 ans | 1,83m | 73kg | Avancé | Douvaine
Conditions du test : Tous temps, environ 150kms, Chablais et Aravis
Cet avis matos est issu du programme de Tests Privés d'Outzer permettant à nos lecteurs de recevoir gratuitement (et de garder) du matériel de la part de meilleures marques afin de réaliser un test terrain détaillé. Cliquez ici pour participer vous aussi
Scott - Supertrac RC

*Test réalisé dans le cadres des Tests Privés Outzer*

Déjà utilisateur d'autres chaussures de la gamme Scott, j'étais plein d'espoir au moment de prendre possession de ce modèle. J'avais trouvé les différentes Kinabalu essayées auparavant globalement de qualité, mais avec quelques défauts pouvant se révéler rédhibitoires ; ces Supertrac RC, typées compétition et supposées constituer le modèle premium de Scott, marquent elles-une progression ?

Le look : Un mot sur ce sujet, même s'il est extrêmement subjectif. J'aime bien le mélange de jaune et de noir, finalement assez sobre et classe, qui tranche avec les coloris criards de la plupart des chaussures de trail. Leur aspect extérieur fait un peu "plastique", comparé aux Kinabalu qui ont l'air d'être faites pour prendre des coups, mais j'ai vite constaté qu'il ne fallait en tirer aucune conclusion quant à leur solidité.

Confort : Contrairement aux autres modèles, les lacets se bloquent moins dans les œillets et le pied est plus facile à enfiler. Le talon est enfin tenu correctement, ce qui était le gros reproche que je faisais à la Kinabalu. Pour le serrage, on fait une fois les lacets et on est bon pour la journée. Aucun point de pression, ce qui est surprenant vu la finesse de la languette supérieure : très souple, elle épouse parfaitement le dessus du pied, et évite assez bien l'infiltration de petits cailloux / poussière au niveau de la cheville. Dommage qu'on ne puisse pas en dire de même au niveau de l'avant de la chaussure : la languette n'est pas fixée à la chaussure sur toute sa longueur (ce qui est pourtant aujourd'hui habituel chez la plupart des fabricants) et avec le serrage des lacets, cela crée des petits espaces où se finissent par se glisser quelques petites saletés. En mouvement, elles se font très légères, on sent que Scott a fait la chasse au poids, logique pour un modèle destiné à aller vite, le drop de 5mm est une invitation à lâcher les gaz.

Protection : Ce ne sont pas des Kinabalu Enduro, certes, mais on peut quand même compter sur elles. Le pare-pierre a subi une cure d'amaigrissement, mais il continue à faire le job (ayant pour habitude de trop laisser traîner mes pieds la fatigue aidant, je suis très attentif à ce point, finissant toujours par "shooter" involontairement dans un élément naturel à chacune de mes sorties), ainsi que la semelle (moins épaisse, elle laisse mieux sentir le relief, ce qui peut se révéler un problème quand on s'amuse à sauter d'une arête de lapiaz à une autre). Le reste de la chaussure protège bien le pied, mais elle a tendance à se mouiller très rapidement : 20m courus dans des herbes humides m'ont suffit pour avoir les pieds trempés, ce qui me fait dire que ce n'est pas la chaussure à prendre pour un jogging par petites températures, même si avec la course, elles sèchent vite.

Accroche : les crampons ne sont pas très longs et pourtant ils offrent une accroche assez bluffante. Scott met en avant une disposition « radiale » de ceux-ci pour expliquer cette performance. Sur terrain sec, caillouteux ou humide (sentiers compacts en sous-bois, rochers patinés), je ne suis pas arrivé à les mettre en défaut, même dans des dévers assez sportifs, ce qui me ravissait au plus haut point, jusqu’au jour où je les ai essayées sur terrain boueux. Et là, catastrophe : la boue se bloque très rapidement entre les crampons, donnant l’impression d’avoir des mini-raquettes aux pieds, et à moins de trouver une surface dure (comme un bout de route) sur laquelle taper les pieds, elle reste bien en place. Dès lors, il devient impossible d’espérer aller vite sur ce type de terrain, à moins de prendre le risque d’une belle gamelle. Pas trop gênant si on est en train de courir un ultra, mais sur un 20kms, c’est beaucoup plus problématique.

Conclusion : Ces Supertrac RC corrigent un grand nombre des reproches que j’ai pu formuler à l’encontre des autres modèles de la marque, mais reste le principal, cette accroche vraiment insuffisante sur terrain boueux. En dehors de ces conditions (que tous les traileurs n’auront pas forcément à affronter), elles se comportent cependant magnifiquement bien. 

4 commentaires

Toniug
Statut : Expert
inscrit le 11/09/17
Activités : 5 avisMatos : 4 avisPhotos : 3 photos du jour
Je trouve leur look vraiment réussi pour ma part ! Une idée de l'usure de la semelle (crampons) et des tissus de la chaussure, ou tu n'a pu tester suffisamment longtemps pour aborder ce point ?
0
eejit
Statut : Expert
inscrit le 18/07/17
Matos : 11 avis
J'en suis à un peu moins de 200kms, rien à signaler. J'ai l'impression qu'avec les Scott le souci principal c'est plutôt le pare-pierres qui se décolle (pour le moment il a l'air de tenir aussi)
1
legoule

inscrit le 17/10/17
Bonsoir,
modèle recommandé pour les coureurs de poids léger?
0
eejit
Statut : Expert
inscrit le 18/07/17
Matos : 11 avis
Bonjour,
Plutôt pour les poids légers, oui, mais je fais quand même 73kgs et j'ai trouvé que l'amorti était bon (mais sur des sorties courtes)
0
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire