Avis Hoka One One Speedgoat 2 2017

Déposez votre avis.

Une chaussure exceptionnelle, confortable et très très performante

Avis sélectionné
Profil du testeur : 43 ans | 1,81m | 65kg | Avancé
Conditions du test : sorties variées entre 750 et 1000 de D+, une tranquille footing et une longue de 25K-1400D+ : en tout 65km et 4000D+ pour ce test. Complété ensuite par plusieurs sorties de 30k sur le même terrain. Chemin caillouteux du Vercors, de "très" technique / cassant à plus roulant.

C'est la grande nouveauté de l'été chez Hoka : la remplaçante de la Speedgoat déboule sur les sentiers. Après une très mauvaise expérience avec la première version, c'est peu dire que j'abordais ce test avec impatience, curiosité et que j'en attendais beaucoup, suite aux premiers retours très positifs outre-atlantique.

Le premier contact avec la petite nouvelle se fait sur la moquette du bureau : l’accueil du pied est moelleux et confortable, les matériaux n’ont rien à voir avec la version 1. Là ou tout était dur sur la 1 (lacets, matière extérieure), ici tout semble flexible et confortable, prêt à s’adapter à la morphologie de votre pied. Disons le tout de suite car c’était LE reproche : la toe box a été élargie, plus de problème de ce coté là, les lardons revivent même si cela reste je pense une chaussure pour pieds fins à moyens.

Le laçage a également été intégralement revu, passant de 4 à 5 oeillets principaux, le lacet lui même étant un lacet plat disposant d’une grande elasticité, offrant un meilleur confort immédiat et plus de latitude de déformation (dans le bon sens du terme) de la chaussure pendant l’effort, notamment quand le pied gonfle. Il n’est pas évident au premier abord de régler de façon précise le laçage (ça glissouille) mais je me suis rendu compte que ce n’était finalement pas tant important : le fit naturel de cette Speedgoat 2 est vraiment excellent, très proche du pied (attention au choix de taille) et nul besoin (en tout cas pour moi) de se lancer dans des réglages complexes : ç’est quasiment du prêt à courir (vite et loin).

Dans le roulant

des pantoufles de course, au même titre par exemple que certaines routières de la marque que j’affectionne sur sentier propre. Combiné aux modestes 4.5 mm de drop, le rocker est particulièrement efficace et plaisant : ca va tout seul, c’est confort, c’est bonheur, c’est chèvre rapide si on veut appuyer sur l’accélérateur.

En montée

Bon, pour les chaussures, la montée c’est pas ce qu’il y a de plus exigeant. Les crampons vibram font le job, le pied est parfaitement tenu, avec une belle sensation de légèreté et dynamisme : ça grimpe (presque) tout seul.

J’ai ressenti quelques fourmillements inhabituels dans les orteils dans les phases de raide prolongé. Je ne les explique pas mais c’est passé dès que le tracé a pris un profil plus civilisé. Peut-être matière à un micro réglage du laçage finalement, mais j’attendrai les prochaines sorties voir si cela se produit de nouveau, et mettrai ce test à jour.

Une machine en descente

Pour ma première sortie de test technique, je l'emmène sur le Moucherotte, qui offre une belle descente (après la belle montée) : 700 m de D- en 4 km, du caillou tranchant, du caillou qui roule sous les pieds, des racines, des rochers, un peu de relance, du sous bois… bref, de quoi tester un peu tous les cas de figure sur du sec.

La descente, c’est plutôt mon domaine de prédilection (il faut bien se persuader qu’on en a un). Et aucune chaussure à ce jour ne m’avait donné un tel sentiment d’efficacité et de confiance : on les oublie, l’accroche est là, la relance disponible, le confort total. Testée sur un de mes parcours fétiches en sortant de la maison, j’ai éclaté mes modestes PR sur Strava, mais sans m’éclater les orteils ni me mettre en danger. Pas d’ampoules, pas d’orteil qui tape, le pied ne bouge pas, les appuis sont solides, la relance disponible, sans aucun déséquilibre et avec une sensation d’être au contact étonnante pour une chaussure aussi bien amortie. Hoka a à l’évidence énormément travaillé sur son nouveau chassis, et une empreinte au sol plus grande rend la chaussure très stable et sécurisante. Rajoutez là dessus (dessous) la qualité de la semelle Vibram et la messe est dite.


Le confort est (presque) total. Tout juste ai-je noté en fin de descente technique (à un rythme agressif de « test » qui ne correspond pas à un rythme sur sortie moyenne / longue pour le commun des mortels dont je suis) un échauffement sous les talons, mais sans formation d’ampoule, que j’attribue plus volontiers à des chaussettes neuves et à ma peau de bébé. Rebelotte à la sortie suivante, mais trop rapprochée pour en tirer une conclusion définitive.Sur ce même itinéraire que je connais par coeur, sa grande soeur m’avait laissé avec 2 orteils copieusement ampoulés.

Mise à jour : frottement sous le talon confirmé sur un 25K à rythme tranquille, toujours uniquement à la descente, toujours pas d'ampoule mais bien désagréable, alors que le pied ne semble pourtant pas bouger (RAS sur le reste du pied, nickel, sur une descente qui m'avait valu 3 ongles noir avec les Speedgoat 1 lors de l'UTV 2016 en relais). Un changement de semelle devrait je pense résoudre le mystère (à suivre).

Mise à jour 2 : le remplacement de la semelle de propreté semble avoir réglé le problème.


Coté semelle

La semelle Vibram fait des merveilles et offre une plus grande surface d’accroche que la version 1 (voir photo plus bas) : moins de zones tendres donc, on peut donc raisonnablement espérer une meilleure tenue dans le temps sur les agressifs sentiers du Vercors, là où la Speegoat 1 avait très vite montré de gros signes d’usure (profondes déchirures notamment sur les parties tendres). Difficile d’imaginer plus performant en tout cas.

Point très positif, le talon est sensiblement moins évidé que sur la version 1, ce qui était devenu mon principal reproche sur la première version : le caillou pointu en réception hasardeuse ne devrait donc plus mettre en danger votre talon (même si la sensation ne sera pas agréable). Ce n’est pas une raison pour courir n’importe comment, mais ça permet d’aborder une descente rapide technique l’esprit plus tranquille.

Le look

La discrétion n’est pas la première des préoccupations d’Hoka, mais pourquoi cela devrait-il l’être? Ces Speedgoat, dans leur livrée jaune/bleu/vert, sont certes un peu flashy  mais au final plutôt réussies. Il existe des variations plus sobres, mais au final je pense que c’est quand même celles que j’aurai choisies si j’avais eu le choix. Et tant mieux si ça fait rigoler les copains, c’est important la bonne humeur.

La taille

le fit est très précis, la chaussure très confortable. Il me semble en revanche que ça taille un peu plus petit que d’habitude chez Hoka, chez qui j’ai toujours pris la même taille (9 US). Il ne faudrait pas qu’elles soient plus petites alors que je m’étais posé la question sur d’autres modèles, étant sans doute entre deux tailles (comme tout le monde). Donc si vous êtes déjà à la limite supérieure sur vos chaussures habituelles, il faudra peut être augmenter d’une demi taille. Mais bon, tous les pieds étant différents, il faut de toute façon essayer.

Dans la famille des Hoka Vibram

de gauche à droite : Speedgoat 2, Mafate Speed 2, Speedgoat et Rapa Nui 2S Trail

Je trouvais intéressant de comparer cette Speedgoat 2 avec les autres modèles Hoka qui m'ont accompagné depuis 2 ans. Dans ce tableau de famille, c’est la meilleure tout simplement. Cette Speedgoat 2 surpasse la Rapa Nui 2S (plus stable, plus dynamique), enterre la Speedgoat 1 qui était pour moi un échec, et risque de faire sérieusement de l’ombre à la très bonne mais très onéreuse Mafate Speed 2. Cette dernière parait bien sage comparée à cette Speedgoat 2 et sa semelle est plus exposée.

Possédant les 2, j’imagine privilégier la Mafate sur les sorties longues assez roulantes. Dans le technique et les descentes, la supériorité de la Speedgoat me semble actée, sans pour autant sacrifier le confort. J’affinerai ce jugement dans l’été, n’ayant pas pu tester la chèvre sur des sorties plus longues.

La question à laquelle je n'ai pas encore de réponse : Mafate ou Speedgoat pour l'UTV en duo en septembre prochain?

Durabilité (ajouté le 6 août 2017)

C'est toujours l'inconnue, qu'il était difficile d'évaluer dans les premiers tests.

Au bout d'une centaine de kilomètres, le mesh montre des signes inquiétants de faiblesse aux zones de pliure notamment : je doute de pouvoir passer les 200 sans déchirure. Ce test sera mis à jour régulièrement pour faire état de l'évolution. 

fin aout 2017 : suite à une déchirure de la première couche du mesh sur un caillou tranchant, j'ai rafistolé l'ensemble des points de faiblesse au Seam Grip (lire mon test du Seam Grip ici si vous ne connaissez pas cette petite colle magique)

C'est toujours décevant/étonnant de devoir rafistoler des chaussures si tôt mais pour moins de 10 euros, c'est une bonne solution au problème, que je recommande d'ailleurs même d'appliquer préventivement sur une paire neuve.

Le verdict du long - Ultra Trail du Vercors Duo, (9 septembre 2017)

3 mois après le test initial, c'était l'épreuve de vérité sur ce qui pour moi était une épreuve longue (et une première) : 45 km, 2200 m de D+, en peu moins de 6 heures, dont 1 grosse heure sous une pluie battante. La speedgoat 2 passe le test haut le pied : pas le moindre inconfort, pas l'ombre du début d'une ampoule ou d'un échauffement, et la confirmation de toutes ses qualités. Un vrai bonheur de ne pas avoir à se poser de question du coté chaussures!

Conclusion (du test initial fin juin 2017, avant les problèmes d'usure)

Cette Speedgoat efface ma très mauvaise expérience de la version 1 et me permet de retrouver la confiance que j’avais pu ressentir avec les mythiques Rapa Nui 2S et au delà.
 Ce n’est pas une simple évolution mais une chaussure entièrement redessinée qui réalise l'exploit de combiner toutes les qualités que j'attend d'une chaussure de trail, sans compromis visible (le temps devra confirmer ce jugement néanmoins, notamment sur la durée de vie). 

Merci à Hoka de nous prévenir le jour où elle disparait du catalogue qu'on puisse en stocker quelques paires.

A 140 euros, la bête est loin d’être donnée mais elle les vaut bien.

Merci à Hoka One One et 187com pour avoir rendu possible ce test quelques jours avant l’arrivée de la Speedgoat 2 en rayon.

Pour qui ?

pour tout coureur voulant aller vite, ou loin, ou les 2 et privilégiant le confort sur la souffrance, sans sacrifier la performance. Excelle en terrain technique.
9/10
Confort
Accroche
Solidité
Maintien
Stabilité
Amorti

Points forts

confort
amorti
précision
une arme en descente

Points faibles

échauffement sous le talon (réglé par changement semelle)
talon encore un peu trop évidé pour être parfait à mon goût
fragilité du mesh

Chaussures de trail
Hoka One One Speedgoat 2

21 avis | Note moyenne 8,1/10 Tous les avis Partagez votre avis

8 commentaires

Kara
Statut : Expert
inscrit le 29/04/16
Activités : 21 avisMatos : 23 avisPhotos : 6 photos du jour
J'ai croisé une connaissance qui les a aussi testé, il était déjà fan de la première version mais là, lui aussi est amoureux. Le look est réussi même si j'aurais mis "y'a du jaune" dans les points négatifs ;)
0
j@no

inscrit le 28/06/16
cool !! j'avais jamais franchi le pas avec la version 1 car pas bien dès l'essayage.
je note donc l'avis pour plus tard, quand j'aurai fini mon stock de rapa nui 2 s (encore 2 paires neuves !!)
0
TheBrain

inscrit le 01/06/16
Matos : 2 avis
Et bah moi qui aime bien les SpeedGoat V1. Ca va aller !
Et par rapport aux Speed Instinct ? J'hésitais à les prendre.
0
G
Statut : Expert
inscrit le 07/11/07
Activités : 4 avisMatos : 9 avisPhotos : 18 photos du jour

Staff depuis le 27/04/16
pas essayé les speed instinct, mais les retours sont très bons. Ce sera forcément moins amorti, plus dynamique, plus orienté sortie roulante rapide je pense. Vu la polyvalence et les qualités des speedgoat 2, je ressens pas pour l'instant le besoin d'aller voir ailleurs. Déjà bien comblé d'avoir trouvé paire à mon pied :)
0
Guillet Jean-Jacques
Statut : Confirmé
inscrit le 22/09/17
j ai exactement les memes models de hoka que vous , a l exeption des speedgoat1 que je sentais pas dutout , par contre j ai eu 3 paires de mafate speed 1 premiere du nom , et pour la seam grip j en met en preventif sur toutes mes hoka depuis mi 2015 , c est magique en effet , pour ce qui est de l EVA exposé aux cailloux , j applique une couche de colle a chaud , tres efficace aussi pour "proteger" cet EVA , ca reste souple et c est parfait . Pour le ressenti , j ai exactement le meme que vous , tout pareil , sauf pour l echauffement talon , mais moi j ai des semelles ortho .
0
sane79
Statut : Confirmé
inscrit le 03/08/17
Matos : 6 avis
Bonjour, j'ai eut 2 paires de Mafate speed que j'ai adoré. Puis une paire de speedgoat avec laquelle j'ai du mal (avec les ampoules en plus...). J'ai envie de changer mais j'hésite entre les MS2 (coup de cœur pour la v1) ou les SG2. Que me conseillez-vous ? Pour des 30km, je fais 80kg. Bravo pour ce test super complet
0
G
Statut : Expert
inscrit le 07/11/07
Activités : 4 avisMatos : 9 avisPhotos : 18 photos du jour

Staff depuis le 27/04/16
Salut, je n’ai quasiment plus touché mes Mafate Speed II, qui sont très bien sans être un coup de cœur, depuis que j’ai les SG2. Je les ressors quand même du coup pour les sorties tranquilles, histoire de pas gâcher :)
1
Benjamin Ollivier

inscrit le 08/02/18
Bonjour, je viens de faire l'acquisition de mes 1er Hoka Speedgoat 2, je me rend compte que le passage a la chaussure avec un petit drop est compliqué, j'ai des échauffement au niveau des doigts de pieds au bout de 3km, j'ai également un souci au niveau de la voûte plantaire du pied droit, est il possible de changer les semelles pour palier à ces problèmes ? Merci
0
Laissez votre commentaire Connectez-vous pour laisser un commentaire